Le coordonnateur du Comité Provincial de Suivi des Activités Minières au Sud-Kivu en sigle Me Bundi Bulya Eloi rassure que les activités de cette structure technique du Gouvernement vont se poursuivre malgré les déclarations de certains acteurs la société civile visant à la discréditer.

Selon lui, ceux qui font des déclarations contre l’arrêté Gouverneur estimant qu’il donne plus de pouvoir au coordonnateur du CPS au détriment d’autres composantes n’ont aucune qualité et leurs organisations n’ont presque pas d’activités dans le secteur minier.

Me Bundi Bulya Eloi rappelle précise que le CPS ne peut être supprimé que sur base d’un arrêté du Gouverneur et ne peut cesser d’exercer ses activités sur base du retrait des uns ou des autres.

Le Coordonnateur du Comité Provincial de Suivi des Activités Minières au Sud-Kivu rappelle que la contribution de tous les opérateurs miniers au développement des communautés locales est devenue une obligation au regard des textes nationaux et internationaux mais aussi selon la volonté du président de la République.

« … c’est seulement de la désinformation et même de l’intoxication. Nous avons les amis du Groupe Thématique Mines de la Société Civile qui disent qu’ils ont quitté le CPS mais pas plus tard que samedi dernier nous avons été à Mwenga avec un représentant ; on ne peut pas vouloir une chose et son contraire. D’abord je vais commencer par dénier la qualité des signataires de ces déclarations…. Le responsable de l’organisation, c’est qui a le pouvoir de pouvoir engager l’organisation vis-à-vis de l’extérieur… mais un agent chargé de je ne sais quoi au sein d’une organisation va se réunir avec d’autres du même genre pour faire une déclaration mais vous ne voyez aucun responsable d’une organisation signer une telle déclaration… et pour la plupart ce sont des organisations qui n’ont pas d’activité dans le secteur minier… ils ont même voulu embarquer la FEC dans cette initiative mais je sais que la FEC est une structure organisée et le moment venu, ils vont faire une déclaration. Le chef de l’Etat a dit que la contribution des opérateurs économiques au développement communautaire n’est plus seulement une faculté mais une obligation… donc malgré tout ça, le CPS ne fermera pas ses portes… j’appelle ceux qui sont mécontents de rencontrer l’autorité provinciale au lieu de faire des déclarations », assure Me Bundi Bulya Eloi.

Le coordonnateur du CPS appelle les communautés vivant dans les sites d’exploitation des minerais à dénoncer tous les cas suspects de fraude des minerais en vue de gonfler leurs poches dans le basket found.

Il précise que l’élan des projets de développement déjà entamé doit être consolidé car les détracteurs du CPS sont plutôt des ennemis du développement qui voudraient voir les communautés autour des sites miniers rester pauvres.

Rappelons que certaines organisations de la société civile travaillant dans le Groupe Thématique Mines avaient fait une déclaration menaçant de quitter le CPS.

Selon elles, les nouveaux arrêtés du Gouverneur Claude Nyamugabo sur cette structure technique du Gouvernement donnaient plus de pouvoirs à son coordonnateur au détriment d’autres parties prenantes.

L’intégralité de l’entretien accordée à Radio Maendeleo par Me Bundi Bulya Eloi