Le changeur de monnaie Christian Amisi Commando communément appelé « le blanc », a été assassiné par des hommes armés non autrement identifiés la matinée de ce jeudi 20 septembre sur avenue Georges Defour juste l’entrée de l’ISDR Bukavu dans la de commune de Kadutu.

Selon des témoins, la victime a été surprise par ces malfrats lorsqu’elle voulait se rendre à son lieu de travail à la place dite feu rouge dans la commune d’Ibanda.

Selon ces mêmes témoins, ces bandits ont tiré sur la victime lorsqu’elle a refusé de leur céder la mallette qu’il portait dans ses mains après plusieurs intimidations. Les membres de sa famille soulignent que Christian Amisi est tué après avoir échappé à trois reprises aux attaques d’hommes armés non identifiés.

Ils précisent que la victime a reçu trois balles aux bras et deux autres dans le ventre.

Une sentinelle qui a vécu l’événement a alerté les voisins qui sont arrivés et ont amené la victime à l’hôpital général de Bukavu où elle a rendu l’âme quelques heures après de suite de ses blessures.

Les autres cambistes qui sont arrivés  en masse au domicile de leurs collègues dénoncent ce énième assassinat. Ils se plaignent de constater que ce nouveau cas arrive mais l’autorité n’apporte pas des mesures de sécurité au profit des changeurs de monnaies.

« … nous pensons qu’il est grand temps que l’Etat congolais sécurise son peuple. Il n’est pas normal que les gens soient au pouvoir seulement pour remplir leurs poches et sécuriser le peuple demeure un problème… nous disons encore une fois que c’est déplorable et nous demandons encore une fois haut et fort que l’Etat Congolais nous sécurise. C’est un droit, ce n’est pas une faveur », estime l’un de ces changeurs de monnaie Jean de Dieu Cikonza.

Après l’annonce de cet assassinat, des jeunes en colère ont érigé des barricades sur la route à l’entrée de l’ISDR BUkavu pour dénoncer l’insécurité à Bukavu en général et l’assassinat de ce cambiste en particulier.

Des éléments de la police sont arrivés et ont lancé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Des sources de la société civile précisent que l’assassinat de Christian Amisi porte à 15, le nombre de cambistes assassinés par inconnus armés dans la ville de Bukavu en l’espace de deux ans.