Politique

Sud-Kivu: des ministres pour des ministères à multiples défis (Partie 3)

Les nouveaux ministres provinciaux récemment nommés par le Gouverneur de Province seront butés à plusieurs difficultés dans l’exercice de leurs fonctions.

Après avoir survolé d’autres secteurs, Radio Maendeleo se penche aujourd’hui sur les secteurs des affaires foncières, l’urbanisme et habitat, l’agriculture et les mines.

Un ministère des affaires foncières qui observe les spoliations

Dans le domaine des affaires foncières, plusieurs défis sont à relever. Il s’agit principalement de la réorganisation des services du cadastre et des affaires foncières dont les agents sont régulièrement accusés d’abus dans la ville de Bukavu et dans les territoires.

En effet, ces agents seraient utilisés dans la vente des parcelles dans des sites jugés impropres à la construction, des servitudes dans plusieurs quartiers, la vente des maisons de l’Etat ainsi que l’octroi, à des couts exorbitants et de manière désordonnée, des documents parcellaires et autres titres fonciers.

Il faudra également mettre fin aux actes de spoliations des cimetières dont celui de la Ruzizi, des concessions appartenant aux écoles comme l’Institut d’Ibanda et l’Institut de Bagira, les terrains et autres espaces publics comme le terrain de Panzi en commune d’Ibanda et celui de Nyakavogo dans la commune de Bagira.

A ceci, il y a lieu d’ajouter les conflits qui persistent à la circonscription foncière de Bukavu 1 qui couvre la commune d’Ibanda. Ici, c’est depuis plus de deux mois que deux individus se disputent la gestion de cette circonscription, une situation qui crée une paralysie des activités.

Un ministère pour gérer les désordres dans l’habitat

Au ministère de l’urbanisme et habitat, le nouveau ministre arrive dans un contexte ou des maisons et parcelles du domaine public et privé de l’Etat sont régulièrement vendus, ce qui amène parfois certains analystes à penser que le moment venu, les services de l’Etat seront obligés de loger dans des maisons des particuliers en province.

Il faut noter ici que sous la bénédiction de certaines autorités, certains agents se sont transformés en recenseurs des parcelles de l’Etat pour les vendre après. Dans ce secteur aussi, des conflits sont loin d’être terminés à la tête de cette division.

En charge de l’aménagement du territoire, le ministre devra mettre fin au phénomène d’octroi des permis de construire sur des sites impropres à la construction et la démolition des maisons déjà érigées sur lesdits sites.

Le nouveau ministre devra donc travailler sur la récupération des espaces et maisons de l’Etat illégalement vendus en province et s’efforcer de ne pas tomber dans les pratiques de ses prédécesseurs qui ont choisi de garder le silence, parfois complice.

Un ministère de l’agriculture dans une province qui importe tout

Pendant ce temps, rien de neuf depuis plusieurs années dans le secteur de l’agriculture, pêche et élevage. Il faut pourtant noter que la province est loin de faire des avancées car les défis à relever restent énormes.

Au sein de ce secteur, les milieux ruraux sont devenus improductifs suite à la présence de plusieurs maladies qui ravagent les plantes causant ainsi une famine généralisée et des maladies liées à la malnutrition.

Sous le regard des autorités, les habitants se rendent désormais dans des pays voisins pour se constituer des provisions même pour des produits comme des fruits et des légumes qui devraient pourtant être produits à l’intérieur des territoires.

Dans le secteur de la pêche, le nouveau ministre devra fournir des efforts dans la réglementation de ce secteur sur le Lac-Kivu et le Lac Tanganyika en limitant le désordre dans l’exercice de la pêche en vue d’améliorer la productivité.

L’autre défi c’est la sécurisation des pêcheurs qui sont souvent victimes d’attaques de la part des personnes identifiées comme venant des pays étrangers mais aussi la réglementation des associations œuvrant dans le domaine de la pêche.

Des analystes se plaignent de constater que les Ministres précédents se sont limités à l’inauguration des ateliers organisés par des partenaires en lieu et place d’initier des véritables programmes de réforme ou de matérialiser les programmes déjà initiés.

Ministère des mines, un secteur à viabiliser

Dans le secteur minier, le nouveau ministre arrive dans un contexte particulièrement marqué par des accidents dans des carrés miniers presque toutes les semaines suite au non-respect des normes en ce qui concerne l’exploitation artisanale des minerais.

Dans le même sens, il y a lieu de noter d’autres défis comme des conflits entre les coopératives minières dans plusieurs zones d’exploitation artisanale des minerais, la fraude et la contrebande minière, la gestion et le financement des comptoirs d’achat des minerais ainsi que la menace des opérateurs économiques de suspendre l’exportation du coltan.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer