Politique

Sud-Kivu: des candidats au bureau définitif de l’Assemblée provinciale forcés à se retirer

Plusieurs députés provinciaux du Sud-Kivu ont, certains dans les coulisses et d’autres du haut du perchoir de l’Assemblée Provinciale, dénoncé le fait qu’ils ont été obligés de retirer leurs candidatures au bureau permanent de cette institution de la province.

Au cours de la plénière de lundi 11 Mars 2019 consacrée à l’élection des membres de ce bureau, il a été remarqué que sur les 28 candidats qui avaient postulé pour les cinq postes à pourvoir, au moins dix neuf avaient déjà retiré leurs candidatures.

Sur les sept candidats à la présidence, trois sont restés dans la course ; sur sept au poste de Vice-président, deux ont résisté bien qu’étant tous de l’UNC ; les quatre candidats au poste rapporteur ont été réduits à un seul ; sur les six candidats de départ au poste de rapporteur adjoint, il n’en est resté que deux et sur les quatre prétendants questeurs, un seul est arrivé jusqu’au bout.

Selon des informations reçues de certains députés provinciaux sous anonymat, des tractations d’au moins deux jours ont été menées par les cadres Front Commun pour le Congo arrivés à Bukavu le week-end dernier et conduits par le ministre national du Plan Modeste Bahati Lukwebo et l’ex gouverneur Marcellin Cishambo.

A en croire nos sources, ces tractations sont parties dans le sens convaincre certains candidats à désister en faveur des autres, ceci en se fondant sur des raisons géopolitiques et des forces politiques au sein de l’hémicycle.

Les tractations se sont poursuivies et connu des moments d’achoppement jusqu’à entraîner la suspension de la plénière pour quelques minutes visiblement pour tenter de mettre tout le monde d’accord, une situation qui fait croire à plus d’un qu’il n’y pas eu élection mais plutôt désignation des membres du bureau définitif de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu.

Du haut du perchoir de l’Assemblée Provinciale le député David Mubalama et candidat à la présidence a fustigé le fait que la délégation venue de Kinshasa ait « pris les députés en otage jusqu’à empêcher aux candidats de battre campagne ».

L’élu du territoire de Walungu a alors sollicité que quinze minutes soient accordées à chacun de candidat de battre campagne au sein de l’hémicycle car l’occasion leur avait été privée pour le faire de manière officielle.

« la délégation qui est venue de Kinshasa a occupé tous les députés. La campagne électorale é été annoncée du vendredi 8 au samedi 9 Mars mais je n’ai pas vu là ou mes amis et moi ont battu campagne. On ne sait pas ce qui s’est passé dans les hôtels mais nous pensons que toutes ces lettres de désistement n’ont pas été rédigées en toute tranquillité.  Nombreux ont été obligés de désister. Nous sollicitons un moment pour que chacun des candidats tente de convaincre les électeurs ici présents malgré tout ce qui s’est passé », sollicite David Mubalama, sous un ton d’épuisement.

Des propos soutenus par un autre député Zirhumana Basimane Jérémie Innocent, élu du territoire de Kabare qui affirme qu’il n’a pas retiré sa candidature au poste de questeur mais qu’elle a plutôt été retirée sans qu’il en soit informé.

«nous sommes une nouvelle législature et nous venons avec un message de notre base. Le premier message c’est le changement. Le deuxième message c’est le développement. Le Dictionnaire dit que le terme élection signifie voter via les suffrages et non désignation », s’exclame-t-il avant de poursuivre « chacun a son histoire. Malgré la politique, je ne changerai pas le fait que je suis homme de Dieu et que je dois dire la vérité. Je retiens le terme : ma candidature a été retirée ».

Et dans les coulisses, plusieurs députés provinciaux qui ont exprimé leurs ambitions d’accéder aux différents postes de responsabilité au bureau définitif de l’Assemblée Provinciale ont affiché leur mécontentement par rapport aux mots d’ordre.

D’autres auraient par ailleurs rejeté.  C’est le cas de Bisimwa Batandi Frédéric qui a refusé de céder et est allé jusqu’au bout dans la lutte contre son camarade du même parti politique (UNC), Norbert Bisimwa Yabe Ntayitunda.

Bien que ce dernier l’ait emporté au poste de Vice-président, il faut noter que les résultats étaient serrés.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer