Les parties civiles dans le procès Abbas Kayonga  sollicitent que la cour militaire du sud Kivu  condamne les prévenus à la peine qui sera demandée par le ministère public qui est l’organe poursuivant lors de son réquisitoire attendu ce vendredi.

Les parties civiles qui représentent notamment la province du sud Kivu et les familles des civils et militaires décédés au front ont postulé pour des dommages et intérêts qui vont au-delà de six millions de dollars américains.

Dans leur plaidoirie, les avocats de la province du sud Kivu ont justifié la constitution de la province comme partie civile par le fait que cette dernière est une personne morale dotée de la personnalité juridique qui lui confère des droits et obligations.

La province par le biais de ses avocats a indiqué avoir subi d’énormes préjudices du fait des infractions reprochées aux prévenus. C’est notamment les pertes en vies humaines, la prise en charge des funérailles des personnes décédées et des soins médicaux des blessés.

La province dit avoir également enregistré  un manque à gagner notamment par la suspension du séjour des certains touristes au sud Kivu et l’arrêt des négociations avec certains potentiels investisseurs.

Comme préjudice moral, les avocats de la province précisent que les évènements du 5 novembre l’an dernier ont causé une psychose au sein de la population qui désormais vit la peur au ventre. Par ce fait la partie civile, province du sud Kivu a postulé pour le payement de 5 millions de dollars pour la réparation des dommages.

La partie civile Anselme Chirimwami dont l’immeuble a été détruit a pour sa part demandé le payement des dommages et intérêts de 60 000 dollars américains et 13.985 dollars comme remboursement du montant alloué à la réhabilitation de l’édifice.

Les parties civiles Kingi Musikasika, Bashombana et les familles des militaires décédés ont en commun postulé pour un montant de 1 .400.000 dollars américains comme dommage et intérêts à raison notamment de 200.000  dollars pour chaque veuve des militaires.

En plus de ce montant, les avocats des parties civiles ont demandé que le prévenu Abbas et les autres membres de sa bande rendent disponible une maison spacieuse pour chacune des veuves.

Les audiences se poursuivent ce vendredi avec la conclusion du ministère public suivi du réquisitoire.