Accueil Societé Prison de Kabare: les détenus peuvent cultiver pour leur propre alimentation (Directeur)

Prison de Kabare: les détenus peuvent cultiver pour leur propre alimentation (Directeur)

231

ECOUTER LA RADIO EN DIRECT


Le Directeur de la Prison de Kabare Biringanine Namuzirhu Ferdinand demande au gouvernement et aux partenaires d’organiser des séances de formation dans les techniques agricoles modernes au profit des détenus de cette maison carcérale.

Le souci est de leur permettre d’avoir des connaissances et parvenir à cultiver les 5 Hectares des terres appartenant à la prison de Kabare dans l’objectif de récolter les produits nécessaires pouvant leur assurer l’alimentation.

Dans un entretien avec Radio Maendeleo, il explique que la prison de Kabare dispose d’une étendue de terre qui, une fois mise en valeur, peut permettre aux détenus de travailler pour leur propre survie.

Le Directeur de la prison de Kabare précise que, pour l’instant, il est impossible  d’envoyer ces détenus dans ce champ car, non seulement ils ne sont pas formés mais aussi l’effectif des éléments de la police affectés à cette maison est insuffisant pour empêcher d’éventuelles évasions lors des travaux.

 « … nous avons un champ pénitentiaire qui peut être exploité par les détenus. C’est une façon de les occuper afin qu’ils soient utiles pour eux-mêmes et qu’ils soient aussi initiés aux travaux car une fois libérés, ils peuvent être utiles à la société. Malheureusement, j’ai du mal à envoyer les détenus dans ce champ parce que nous avons un effectif des policiers de garde très insuffisant. J’ai deux policiers et deux militaires pour garder la prison de Kabare. Alors, ils ne peuvent pas être capables de contrôler les détenus au champ et à la prison en même temps. Aussi, plusieurs fois on a demandé que ce champ soit clôturé et des promesses ont été faites mais elles ne sont jamais réalisées. En plus du manque des policiers et militaires, nous avons des surveillants qui sont non payés. Ils viennent quand ils veulent. Sur tout le personnel que nous avons, il n’y a que quatre qui sont pris en charge. Cela nous crée des problèmes. Je demande aux autorités de penser comment remédier à cela », insiste Biringanine.

Signalons que la prison de Kabare est l’une des prisons de la province du Sud-Kivu qui accueille les détenus venant des territoires comme Kalehe, Idjwi et Walungu. Elle est située dans le groupement de Cirunga à environ 20Km de la ville de Bukavu.