Accueil Societé Bukavu:Les boissons fortement alcoolisées, un fléau source de la dépravation des mœurs

Bukavu:Les boissons fortement alcoolisées, un fléau source de la dépravation des mœurs

421
0

ECOUTER LA RADIO EN DIRECT


Plusieurs maisons servent des points de commercialisation et consommation des boissons fortement alcoolisées dans les trois communes de la ville malgré l’interdiction par les autorités.

Cette pratique constituerait un des facteurs de l’insécurité grandissante dans la ville de Bukavu.

Selon le constat de radio Maendeleo, ces maisons sont situées les unes à la Brasserie en commune de Bagira, au Beach Muhanzi, à Nyamugo en commune de Kadutu et les autres à Nguba et Essence en commune d’Ibanda.

Certaines de ces maisons abritent des jeunes qui ont pour principale occupation la consommation des boissons fortement alcoolisées. Ces boissons bien qu’ayant des noms originaux plaqués sur leur contenant en sachet ou en bouteille plastique portent divers noms en fonction de différents milieux.

A certains endroits on les appelle Machafu Panya et à d’autres Sapilo, ou encore M Jauner.

A des heures vespérales, les consommateurs de ces boissons fortement alcoolisées se lancent dans des opérations suspectes pour gagner de l’argent qui leur permettra d’acheter le lendemain encore le même produit considéré comme pain quotidien pour eux selon le constat de Radio Maendeleo.

Le commissaire provincial de la police au Sud-Kivu, le général Louis Segond Karawa, pense que la consommation de ces boissons pousse certains citoyens à commettre des actes contraires à la loi.

Le numéro 1 de la police au Sud-Kivu ajoute même que la plupart des criminels poursuivis pour des faits d’insécurité à Bukavu sont souvent appréhendés après avoir consommé ces boissons.

« Vous savez que la consommation de ces boissons ne peut que amener quelqu’un à commettre les actes contraires à la loi… comment des gens passent toute une journée à prendre que ces boissons ? C’a beaucoup d’incidences également sur le comportement des compatriotes et c’est un des facteurs d’insécurité parce que toutes ces personnes que nous arrêtons, la majorité vous allez trouver qu’elles ivres… ivres aussi souvent par le fait de consommation de ces boissons fortement alcoolisées… », explique Louis Segond Karawa.

Le commissaire provincial de la police renseigne aussi que lors des récentes opérations de bouclage menées dans des quartiers, ses éléments à la recherche des armes ont découvert des quantités importantes des boissons dans plusieurs maisons.

Pour une certaine opinion, les autorités devraient tout mettre en œuvre pour arrêter l’importation et fermer les maisons de vente de ces boissons fortement alcoolisées car étant l’une des sources de dépravation des mœurs et d’insécurité dans la ville.

1 Commentaire

  1. Maendeleo, passes à cette heure là, le milieu du vente, vas-tu voir que parmi les consommateurs les policiers enforme d’élèments. T’as peur d citer leurs noms ou?