Podcasts

Nous suivre sur Facebook

+243 997 334 468 info@radiomaendeleo.info
Securité

Plaine de la Ruzizi: 3 leaders communautaires kidnappés par des présumés Mai Mai à Lemera

114views

Trois personnes ressortissant de Lemera dans la plaine de la Ruzizi en territoire d’Uvira parmi lesquelles des chefs locaux sont retenues en otage par un groupe des présumés Mai Mai depuis samedi 25 Avril 2020.

D’après le Président de Nouvelle société civile d’Uvira André Byadunia, ces personnes ont été kidnappées dans la localité de Kibanga située à environ 15Km de Lemera alors qu’elles menaient des activités de sensibilisation visant à demander aux habitantsde  ne pas se rallier aux groupes armés.

Il précise qu’au départ, six personnes étaient entre les mains des ravisseurs mais suite à la pression des acteurs sociaux et de l’armée, trois ont été relâchées. Parmi les personnes relâchées, nos sources citent le chef de poste d’encadrement administratif de Lemera, un chef de village et le président de la société civile de Lemera.

« nous vraiment très inquiets. Les amis étaient dans le sous-village de Budaga pour sensibiliser les jeunes et la population en général pour qu’elle ne puisse pas se rallier aux groupes armés parce qu’actuellement, la chefferie des Bafuliru est le terrain de plusieurs groupes armés nationaux comme étrangers mais qui font parfois des alliances. Malheureusement ils ont été surpris en train de sensibiliser et c’est alors qu’ils ont été kidnappés. Ils étaient six. Trois sont encre entre leurs mains. Ils sont en train de demander une rançon pour les libérer », explique André Byadunia avant d’interpeller les autorités « nous ne pouvons pas comprendre comment les gens peuvent se décider de prendre les armes juste pour terroriser les autres en les retenant en otage pour exiger de l’argent en échange de leur libération. Nous demandons à l’Etat de se déployer. Si ces gens ne veulent pas se rendre, nous insistons que les FARDC puissent traquer tous ».

D’autres sources indiquent que les personnes enlevées étaient partis à Kibanga pour répondre à l’invitation de ces Maïmaï qui voulaient recevoir des orientations pour se rendre aux FARDC.

Ce Rendez-vous aurait eu lieu samedi, mais une fois cette délégation arrivée, ces mai mai ont changé la face et l’ont conduite à une destination inconnue. Une rançon de plus de 3000$ est exigée pour qu’ils recouvrent leur liberté.

Etienne Mulindwa

Partagez: