Accueil Securité Goma: après l’assassinat d’un des leurs, les étudiants de l’ISTA ont manifesté...

Goma: après l’assassinat d’un des leurs, les étudiants de l’ISTA ont manifesté mardi 14 janvier

181
0

ECOUTEZ LA RADIO EN DIRECT


Les étudiants de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquée ISTA Goma (Nord-Kivu) se sont réveillés sur la route mardi 14 janvier 2020 pour protester contre l’assassinat de l’un d’eux assassiné au quartier Himbi  sur avenue de la paix dans la nuit du dimanche à lundi 13 Janvier 2020.

Ces étudiants qui manifestent pacifiquement avec des croix et photos de la victime disent ne pas comprendre comment  une personne peut être égorgée comme une chèvre en plein centre-ville.

L’un des manifestants, Kambale Muiisa Lumumba, condamne le comportement  des policiers qui ont utilisé des bombes lacrymogène pour les disperser.

« il y a un étudiant de G2 en section électromécanique qui a été retrouvé égorgé. Nous l’avons retrouvé depuis lundi matin. Cela n’a pas plus à beaucoup d’étudiants et à toute la population de Goma. Raison pour laquelle les étudiants ont commencé leurs manifestations depuis hier dans la non-violence. Et ils ont continué aujourd’hui. Aujourd’hui nous avons voulu aller déposer notre mémorandum à la mairie de Goma. Le message clair était que les autorités réfléchissent sur les mesures nécessaires afin de sécuriser la ville de Goma. Au regard de la situation actuelle, nous pensons que ce que nous vivons actuellement à Goma est comparable à ce qui est vécu à Beni depuis fin 2013… et ce qui nous écœure c’est de voir que les autorités ont déployé un grand nombre de policiers bien armés pour envahir le campus des étudiants au lieu de les déployer pour sécuriser la ville », regrette-t-il.

Signalons que c’est depuis plusieurs que des tueries ciblées sont rapportés à grande échelle dans la ville de Goma et ses environs. Des acteurs de la société civile ne cessent d’alerter sur la persistance de cette situation et l’urgence de prendre des mesures idoines pour mettre fin à cette situation.

Etienne Mulindwa