Accueil Politique RDC: 1 an à la tête du Pays, entre volonté de changer...

RDC: 1 an à la tête du Pays, entre volonté de changer et couacs politiques pour Félix Tshisekedi

340
0

ECOUTER LA RADIO EN DIRECT


La République Démocratique du Congo se souvient ce vendredi 24 janvier 2020 de la première alternance démocratique au sommet de l’Etat sanctionnée par une passation civilisée du pouvoir entre le président sortant Joseph Kabila et l’entrant Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Une année après son entrée en fonctions, quel bilan faire sur sa gestion dans certains secteurs clés de la vie?

Tentatives de réponses dans cette reflexion de Radio Maendeleo.

Les 100 premiers jours d’espoir

Aussitôt entré au pouvoir, Félix Tshisekedi lance les travaux de 100 premiers jours de son gouvernement. Des travaux de construction des routes sont amorcés dans plusieurs provinces de la RDC dont celle du Sud Kivu.

Plusieurs avenues au centre-ville sont inscrites dans le projet mais à ces jours, seule l’avenue Patrice Emery Lumumba a connu les premiers travaux notamment sur l’axe Nyawera jusqu’à Labote en commune d’Ibanda.

Pendant cette première année, Tshisekedi décrète l’éducation de base, une mesure salutaire pour les parents d’élèves qui pendant plusieurs années étaient confrontés au payement de la prime.

Malheureusement, pour l’instant, cette mesure souffre dans son application suite à certaines contraintes liées à la prise en charge notamment des enseignants non payés et nouvelles unités et la revalorisation des salaires des professionnels de la craie.

La volonté y est déjà mais il faudra pour la deuxième année que le président de la république et son gouvernement mettent tout en œuvre pour rendre effective la gratuité de l’éducation de base telle que le veut la constitution.

Une volonté de mettre définitivement fin aux groupes armés surtout à l’Est

Sur le plan sécuritaire, pour la première année de Félix Antoine Tshisekedi à la magistrature suprême, les forces armées de la RDC lancent les offensives contre les ADF à Beni.

Ces opérations aboutissent à la neutralisation de certains éléments parmi les rebelles mais aussi la récupération de certaines localités qui jadis étaient sous contrôle des ADF dont Mangina.

En représailles,les ADF effectuent des incursions à Beni et tuent plusieurs personnes ce qui constituent aux yeux de beaucoup un autre défi à relever de la part de Thisekedi. Pendant sa campagne électorale, il a  promis de rétablir la paix à l’Est notamment à Beni et plusieurs demandent que cela soit une réalité désormais.

Une nette amélioration des droits humains mais bien des efforts à fournir

En matière des droits de l’homme, plusieurs signaux positifs sont à signaler malgré certaines violations constatées çà et là.

Les manifestations publiques sont autorisées sur toute l’étendue du territoire national les unes encadrées par les éléments de la police et les autres sans répressions à base des Gaz lacrymogènes.  Aujourd’hui, il ne se passe pas un jour sans que des gens ne soient visibles sur avenue Patrice Emery Lumumba pour manifester souvent jusqu’au cabinet du gouverneur à Labote.

Ce qui aux yeux des observateurs est une avancée significative dans ce secteur.

Quelques couacs politiques avec une coalition difficile à vivre

Sur le plan politique, Tshisekedi met sur pied un gouvernement de coalition constitué en majorité des ministres du Front Commun pour le Congo FCC qui sont majoritaires au parlement.

Néanmoins, certaines divergences opposent les deux familles politiques en témoigne la récente déclaration de la présidente de l’assemblée nationale en réaction aux propos du chef de l’Etat à Londres sur sa possibilité de dissoudre l’assemblée nationale.

Toujours sur le plan politique, le chef de l’Etat ouvre l’espace à certains exilés politiques permettant ainsi le retour au pays des opposants Moise Katumbi, Jean Pierre Bemba, Sindilka Dokolo ou encore Antipas Mbusa Nyamwisi.

Une économie qui reste à maîtriser

Sur le plan économique, la première année de Félix Tshisekedi est caractérisée avec la dépréciation du taux du dollar américain ce qui à certains égards entraine la flambée des prix sur le marché. Alors que le dollar se changeait à 1600 francs congolais, il se change désormais à 1650 voire 1700 francs.

Le chef de l’Etat se fixe pour slogan le peuple d’abord et plusieurs congolais attendent pour les prochaines années de son règne à la tête du pays, l’amélioration des conditions de vie des congolais et la mise en priorité de certains besoins primaires de la population.

Par la Rédaction