Accueil Politique Kabare: après son invalidation, Faustin Kaningu remobilise autour du BUREC et défie...

Kabare: après son invalidation, Faustin Kaningu remobilise autour du BUREC et défie ses détracteurs

285
0
Kaningu Shem Lwango Faustin en meeting populaire à Katana-Centre. Ph. Radio Maendeleo. Etienne Mulindwa

ECOUTEZ LA RADIO EN DIRECT


Plus de cents personnes parmi lesquelles plus de 40 leaders locaux du groupement d’Irhambi-Katana en territoire de Kabare ont signé leurs adhésions au sein du Parti Politique Bloc Uni pour la Renaissance et l’Emergence du Congo BUREC en sigle.

C’était au cours d’une matinée politique organisée jeudi 16 janvier 2020 au terrain de Football de Bidabanga au centre commercial de Katana par Kaningu Shem Lwango Faustin, cadre du BUREC et notable d’Irhambi-Katana.

Au cours de cette matinée politique, Kaningu Shem Lwango Faustin a expliqué aux participants l’idéologie du BUREC et la vision de son autorité morale l’actuel ministre nationale de l’industrie Julien Paluku Kahongya.

Il précise que le souci majeur de son parti politique c’est de procéder par des actions concrètes et transformer le vécu quotidien de la population par des projets réels et réalisables.

 « je suis venu saluer mes électeurs de Kabare, leur parler de la situation politique du pays, de l’évolution de mon parti et, à sa demande, implanter mon parti le BUREC. Le BUREC c’est un parti des masses et je me suis adressé à toutes les masses de Kabare pour qu’ils adhèrent. Le BUREC est un parti du développement, un parti de la Bonne Gouvernance. L’honorable Julien Paluku, mon autorité morale est un homme du développement. Il a fait ses preuves à la tête de la province du Nord-Kivu… et aujourd’hui, les électeurs ont exigé que je vienne installer le parti ici parce que Julien Paluku a accepté auprès de lui un fils de Kabare. Un fils de Kabare rejeté par les gens de Kabare. Ma base a considéré que Julien Paluku a accepté tout Kabare à travers Kaningu voilà pourquoi, elle a décidé de venir avec moi au BUREC… », explique-t-il.

Kaningu Shem Lwango Faustin rassure que malgré son invalidation comme député national par la Cour constitutionnelle, il va poursuivre avec son combat politique afin que la population soit dans de bonnes conditions pour confondre ceux qui ont tout fait pour qu’il soit invalidé.

« la Cour Constitutionnelle est une Cour ou il y a seulement des juges d’autorité… ils ont imposé leurs arrêts iniques à la CENI et à l’Assemblée Nationale. Et donc, je me considère comme véritable élu de Kabare. La personne qui m’a remplacé le sait. Elle est convaincue que le véritable élu de Kabare c’est Kaningu et non elle… nous savons très bien que des mensonges ont été montés dans des laboratoires et tout était dans le souci d’invalider Mr Kaningu parce que certains leaders du Sud-Kivu n’aiment pas avoir d’autres qui émergent. Mais je reste confiant et je poursuis mon combat politique », rassure celui qui a siégé près de 8 mois à l’Assemblée Nationale avant que la Cour ne confirme son invalidation au profit de Marie-Ange Mushobekwa.

Les participants de leur côté motivent leurs adhésions par le fait que l’autorité morale du BUREC s’est investi à fonds pour défendre la cause de Faustin Kaningu jusqu’à accepter de le garder dans son cabinet après son invalidation.

« nous nous sommes des Cikala. Ça veut dire les autochtones ou gardiens des valeurs locales. Nous avons massivement coté pour Kaningu mais il a été injustement invalidé. Comme Julien Paluku ne l’a pas rejeté, il a compris les valeurs qu’il incarne, nous considérons aujourd’hui que le BUREC est devenu aussi notre famille et notre père c’est son autorité morale. Il y a un patois d’ici chez nous qui dit que lorsque la rivière se déplace, toutes les pierres qu’elle contient prennent la même direction. Donc nous allons l’accompagner à tous les niveaux », déclare l’un des adhérents le Pasteur Baderha Bichera Christophe.

Un peu avant la manifestation, une visite a été effectuée à ‘endroit où sera érigé le bureau du BUREC à Katana-Centre.

Signalons que la cérémonie s’est tenue en présence de plusieurs cadres du BUREC dont son secrétaire général Mihigo Rwabahizi dit Trafca, la présidente de l’union des femmes du BUREC Deborah Mulemangabo et le porte-parole Elie Chamunani.

Etienne Mulindwa