Accueil News Bukavu:De l’opportunité de peindre les véhicules de transport en commun aux couleurs...

Bukavu:De l’opportunité de peindre les véhicules de transport en commun aux couleurs du drapeau national (Éditorial)

352
0

ECOUTER LA RADIO EN DIRECT


Plusieurs questions sont sur les lèvres des habitants de Bukavu en ce qui concerne l’opportunité et l’importance des arrêtés récemment signés par le maire de la ville.

Il s’agit de celui  portant numérotation obligatoire sur toutes les voitures et motos exploitant le transport en commun et l’autre portant obligation de peindre les véhicules de transport en commun aux couleurs du drapeau national de la RDC.

Radio maendeleo s’est penché sur la question en scrutant les inquiétudes et les analyses des uns et des autres.

Dans les deux arrêtés, l’objectif affiché par l’autorité urbaine est principalement celui de lutter contre l’insécurité dans la ville car certains bandits se servent des véhicules semblables à ceux du transport en commun pour opérer.

En ce qui concerne l’opportunité, certains analystes estiment que la mesure prise ne présente aucune urgence au regard de la multiplicité des problèmes auxquels fait face la ville de Bukavu.

Ils citent l’exemple de l’insalubrité avec les dépotoirs installés dans presque tous les coins de la ville, la présence des épaves des véhicules un peu partout et la dégradation avancée de la voirie urbaine.

Les observateurs citent également la dégradation avancée des places publiques en l’occurrence la place de l’Indépendance qui ne présente plus une image semblable à l’entrée du centre ville ainsi que le collecteur Kawa qui continue à causer d’énormes dégâts.

De même, il sied de remarquer qu’à ce jour la ville n’a plus de trottoir et d’un bout à l’autre, les avaloirs sont dans un état de vétusté au point de mettre en danger la vie des piétons qui du reste se disputent la chaussée avec les véhicules au risque d’occasionner des accidents de circulation.

Bien plus, des analystes estiment que plusieurs actes d’insécurité sont également causés par le manque de l’éclairage public car, une fois la nuit tombée, la ville est comparable à une région forestière ou la lumière n’est aperçue que de manière sélective.

En effet, plusieurs bandits ont installé des postes de rançonnement à plusieurs endroits de la ville de Bukavu profitant de l’obscurité.

Dans le même sens, des charrettes continuent à circuler à Bukavu transportant des marchandises de tout genre, qui parfois abîment la chaussée et donne ne même temps l’image d’un bidonville à l’ensemble des visiteurs qui arrivent dans la ville.

A en croire plusieurs habitants de Bukavu, il est anormal que le maire prenne une mesure et se réserver le monopole du choix du garage ou s’effectueront ces opérations.

Selon eux, il s’agit là d’une façon pour la mairie d’organiser un rançonnement programmé à l’endroit des transporteurs des véhicules et taxis motos autant pour l’obligation de numérotation que celle de peindre car il suffira de faire un marché avec le responsable d’un garage acquis à la cause de l’autorité urbaine.

Ceci, à en croire certains habitants, rappelle l’expérience des anciens maires qui ont rendu obligatoires plusieurs mesures entre autres le port des casques juste pour créer un marché pour des containers des marchandises qu’ils ont ensuite commandés à cet effet.

D’autres par ailleurs estiment que le maire de la ville ne devrait pas commencer par les secteurs qui lui donnent la possibilité de mobiliser l’argent vu que les habitants paient déjà suffisamment des taxes pour la province.

Ils pensent que l’autorité urbaine devrait activer les services générateurs des recettes à la mairie en vue de s’assurer des fonds recouvrer et les affecter rationnellement pour la réalisation des projets qui touchent au profit de la population.

Dans le même sens, des analystes estiment que le maire de la ville devrait faire un état des lieux des problèmes auxquels fait face son entité sur tous les plans en vue de prendre des mesures qui s’imposent pour l’intérêt de la population.