Accueil Environnement Uvira:Les hippopotames quittent la rivière Ruzizi et créent la panique à Luvungi

Uvira:Les hippopotames quittent la rivière Ruzizi et créent la panique à Luvungi

329

ECOUTER LA RADIO EN DIRECT


Les habitants de Luvungi plaident pour la création d’une réserve artificielle pour les hippopotames de la rivière Ruzizi en vue de les empêcher de quitter leur logis et ravager les cultures dans cette partie de la Chefferie de Bafuliiru en territoire d’Uvira.

Les habitants de Luvungi expriment leur indignation au vu de dégâts que ces hippopotames ont causé dans leur milieu.

Au stade actuel, ces hippopotames ravagent les  plantes et attaquent les passants, une situation qui crée la panique dans le milieu.

Nos sources sur place renseignent que les cultivateurs ne se rendent plus dans leurs champs le matin par peur d’être happés par ces hippopotames.

Des cas des morts causé par ces animaux ont déjà été signalés dans cette partie de la province du Sud-Kivu renseignent les habitants de Luvungi.

Le président de la Jeunesse de Luvungi Mirindi Shanga lance un cri d’alarme et invite la coordination provinciale de l’environnement à se faire violence pour créer une réserve artificielle en vue de contenir ces hippopotames dans la rivière Ruzizi.

« … on s’est rendu compte qu’il y a des hippopotames qui sont venus de la rivière Ruzizi et ils sont dans la rivière Ruvugwi à au moins cinq mètres de plusieurs villages du groupement d’Itara Luvungi précisément à Luvungi centre. Ce derniers temps, ces hippopotames viennent ravager les champs et même les mamans qui vont aux champs sont attaquées… c’est un facteur qui affecte les activités agricoles au sein de notre groupement d’Itara Luvungi. Nous demandons aux autorités à tous les niveaux de pouvoir sécuriser ces hippopotames afin que les habitants vivent en sécurité et s’occupent de leurs activités agricoles comme il le faut… », plaide Mirindi Shanga.

Des sources au sein de la coordination provinciale de l’environnement font savoir que les hippopotames sont des animaux totalement protégés dans le cadre de la conservation de la nature.

Les mêmes sources contactées, indiquent que la coordination provinciale de l’environnement  et la société civile environnementale réfléchissent sur les mécanismes de gestion de ces animaux aquatiques.