Accueil Economie SUD-KIVU : l’opacité dans la passation des marchés occasionnerait  l’arrêt de   certains projets,...

SUD-KIVU : l’opacité dans la passation des marchés occasionnerait  l’arrêt de   certains projets, selon Mushagalusa professeur d’Université

440
0

ECOUTER LA RADIO EN DIRECT


 

Plusieurs projets commencent dans la province du sud kivu sans prendre fin ou prennent fin mais sans respect de délai convenu lors de la passation du marché.

Les projets comme la route Ruzizi II avec le groupe RUBUYE, la réhabilitation du cabinet du gouverneur avec la société Olive Sarl, la construction du pont Chula et  d’autres.

Quand ses projet   ont commencé c’est toute la population qui  en étais fier mais à sa surprise, on démoli tout ou en partie pour ne rien construire.

Selon le professeur Mushagalusa Jean Marie, professeur du cours des marchés publics dans plusieurs universités de la sous-région,  certains principes de passation des marchés ne sont pas respectés. Il cite par exemple le manque de transparence dans  la passation des marchés et la présence des influences de la part du pouvoir qui accroit ces marchés.

«  Les candidats qui gagnent ces marchés n’ont pas de temps pour consulter les experts. Les marchés souvent sont octroyés de gré à gré et le principe de la transparence dans la passation des marchés publics ne pas respecté. Par confiance, les entreprises qui ont gagné le marché, débutent les travaux avec leur fond à un certain niveau, le fond devient insuffisant. Quand elles demandent à l’autre parti d’honorer  sa promesse, elle ne le fait pas ou le fait avec retard ce qui impact négativement sur l’exécution du projet », regrette Mushagalusa.

Il conseille qu’en cas   de contentieux la partie lésée doit saisir la justice pour qu’elle rentre dans ces droits en faisant ici référence à la loi sur le marché public du 27 Avril 2010.