+243 997 334 468 info@radiomaendeleo.info
Societé

Sud-Kivu: la RN2 Bukavu-Goma impraticable suite à l’éffondrement de 3 ponts à Kalehe

48views

ECOUTEZ LA RADIO EN LIGNE

Par Etienne Mulindwa

Le territoire de Kalehe est de plus en plus isolé de deux grandes villes précisément Bukavu au Sud-Kivu et Goma au Nord-Kivu. Ceci fait suite à l’effondrement de trois principaux ponts jetés sur la Route Nationale numéro 2 Bukavu-Goma.

Il s’agit du pont Makengere qui sépare le groupement Mbinga Nord à celui Buzi, le pont Hundu au niveau de Nyamasasa et le pont Luzirha qui sépare le village de Chibanda à celui de Chofi à environ trois kilomètres du chef-lieu du territoire de Kalehe.

L’effondrement et/ou l’écroulement de ces trois ponts a été provoqué par les pluies diluviennes qui s’abattent depuis près d’un mois sur la majeure partie du territoire de Kalehe, à en croire son administrateur assistant en charge de l’administration et finances.

Pascal Cimana explique qu’avec l’effondrement de ces trois ponts, les habitants de cette partie du Sud-Kivu sont condamnés à vivre coincés chez eux car, s’inquiète-t-il, il actuellement impossible d’aller à Bukavu ou à Goma par véhicule ou par moto.

De son côté, le député provincial élu de Kalehe Nestor Balyana craint que la population fasse encore une fois recours aux embarcations motorisées comme seul moyen pour se déplacer sur le Lac-Kivu avec des risques de revivre des cas de naufrage.

Joignant son plaidoyer à celui de l’administrateur assistant en charge de l’administration et finances du territoire de Kalehe, le député provincial Nestor Balyana en appelle à une intervention urgente pour trouver des solutions à cette situation.

Précisons que suite à cette situation, plusieurs véhicules en partance de Bukavu pour Goma et vice-versa sont bloqués à différents endroits. Pour rappel, dans un entretien avec Radio Maendeleo la semaine dernière, le directeur provincial de l’Office des Routes Anicet Kakesa avait précisé que sa société ne dispose pas de moyens pour intervenir.

Il avait alors proposé la mise à a disposition du gouvernement provincial d’un fonds permanent pouvant permettre à l’Office des Routes d’intervenir et non toujours attendre la survenance des situations d’urgence.

Partagez: