Podcasts

+243 997 334 468 info@radiomaendeleo.info
Education

Sud-Kivu : Plus de 700 élèves et 23 étudiants de la communauté pygmée scolarisés par le PNKB au cours de l’année scolaire 2020-2021

102views

ECOUTEZ LA RADIO EN LIGNE

537 enfants de la communauté pygmée inscrits dans différentes écoles primaires ont été pris en charge par le Parc National de Kahuzi-Biega PNKB au cours de l’année scolaire 2020-2021. 193 à l’école secondaire et 23 étudiants de la même communauté ont également bénéficié de l’accompagnement.

C’est parmi les réalisations du PNKB pour l’année 2020 avec l’effort de tous les acteurs. Ceci a été dit dans une rencontre organisée par le comité de coordination du site du PNKB COCOSI en sigle.

L’objectif de la rencontre était d’évaluer les activités de conservation des ressources naturelles réalisées en 2021 et proposer un plan opérationnel 2022 en vue de sortir le PNKB de la liste des sites du patrimoine mondial en péril, explique le directeur de site De Dieu Byaombe.

Il ajoute que la feuille de route issue du dialogue de Panorama à BUKAVU est en train d’être exécuté et pour les réalisations sont à plus de 60 %. Ceci se justifie par l’octroi de terre au Peuple Autochtone à raison de 33ha de terre disponible à Kalonge et bien d’autres.

Les participants ont formulé plusieurs propositions pour enrichir le plan opérationnel 2022 du PNKB. C’est notamment l’organisation des émissions spéciales pour une large diffusion des activités menées par ce site du patrimoine mondial.

L’un des chefs pygmées Cizungu NTAVUNA se dit satisfait de la manière dont l’activité s’est déroulée dans l’entente et l’harmonie. Il demande aux responsables du PNKB de continuer sur la même lancée.

Signalons que COCOSCI est un cadre d’échanges réunissant le Parc et ses partenaires notamment les communautés locales, les autorités locales, les autorités politico administrative et coutumières et les partenaires techniques et financiers.
L’activité s’est tenue dans la salle de réunion de l’hôtel Panorama situé dans la commune d’IBANDA.

Sylvie Nabintu 

Partagez: