Podcasts

+243 997 334 468 info@radiomaendeleo.info
Politique

Sud-Kivu : Le Gouvernement Ngwabidje rejette en bloc sa déchéance 

595views

ECOUTEZ LA RADIO EN LIGNE

Le Gouvernement provincial déchu réfute le vote de la motion de censure contre le Gouverneur Théo Ngwabidje et de son Gouvernement, intervenu ce jeudi 02 décembre 2021.

Dans une déclaration faite quelques heures après le vote, les membres du Gouvernement  font savoir ce vote découle d’une tricherie organisée. Ils  considèrent cet acte comme relevant d’un gangstérisme politique et par conséquent de nul effet.

Pour eux, ce vote était entaché de plusieurs irrégularités et ce, au regard tant de la constitution de la République Démocratique du Congo, de la loi nº08/012 du 31 juillet 2008 portant principes fondamentaux relatifs a la libre administration des provinces, du règlement intérieur de l’organe délibérant mais aussi à l’instruction du vice-premier ministre et ministre de l’intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières du 1 décembre 2021

“La violation de cette instruction de l’autorité hiérarchique par le président de l’Assemblée provinciale constitue, sans nul doute, l’infraction de rébellion. Parmi les irrégularités susevoquées, on note notamment la violation des dispositions de l’article 62, alinéa 1 du règlement intérieur de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu relatif au quorum de décision qui doit nécessairement être de 32 députés. En effet, dans la plénière de ce jour, sur 48 députés que compte l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu, 22 députés étaient absents, parmi lesquels 6 dont les mandats ne sont pas encore valides de plus, aux termes de l’article 58, alinéa 4 dudit règlement la présence des députés est constatée soit par l’appel nominal, soit par les signatures apposées par chacun au regard de son nom sur les listes y afférentes, au début de la séance et non par procuration, comme il en a été le cas dans ce vote” ; lit-on dans cette déclaration lue par Jérémie Basimane, Ministre Provincial de l’Habitat, Environnement et porte-parole du gouvernement.

Ils concluent en disant que les responsables de ce forcing devront en répondre devant la justice.

Thierry M RUKATA

Partagez: