Podcasts

+243 997 334 468 info@radiomaendeleo.info
Economie

Sud-Kivu : Des acteurs de la Société civiles et étatiques réfléchissent sur l’impact socio-économique des de l’exploitation minière en province

122views

ECOUTEZ LA RADIO EN LIGNE

Les participants au débat citoyen organisé par l’ONG Justice Pour Tous confirment que les minerais du Kivu ne profitent pas réellement aux communautés locales. Seuls les négociants, certains creuseurs et les entités territoriales décentralisées ETD au niveau local ainsi que certaines autorités au niveau provincial et national en bénéficient.

Cette situation s’explique principalement par la fraude observée dans le secteur minier au Sud-Kivu.

C’est ce qui ressort d’un débat citoyen organisé par Justice Pour Tous jeudi 18 Novembre 2021 au sujet l’impact socio-économique de l’exploitation minière dans la province du Sud Kivu.

Le coordonnateur de l’ONG Justice Pour Tous Raoul KITUNGANO renseigne que ce débat avait pour objectif de contribuer au renforcement de la transparence et de la redevabilité dans le secteur minier.

Ceci à travers la participation des communautés locales dans les débats publics sur la problématique de la perception, de la gestion et de l’allocation de la redevance minière au niveau de l’Entité Territoriale Décentralisée.

La chargée de question juridique au Service d’Assistance et d’Encadrement de l’exploitation Minière Artisanale et à Petite Echelle SAEMAPE Orthense MIGABO pense que pour que la population bénéficie de minerais il faut qu’il y ait une traçabilité dans ce secteur.

De son côté Valérien KAFIRA qui a représenté le directeur de la DPMER à cette activité estime quant à lui que si une fois l’Etat, les organisations qui travaillent dans le secteur de mine et les organisations de la société civile joue convenablement leurs rôles la population se trouvant aux alentours des sites miniers peut jouir de l’exploitation des ressources naturelles.

L’activité a réuni les délégués des organisations de la société civile, des services étatiques et ceux du secteur privé.

Sylvie NABINTU 

Partagez: