Podcasts

+243 997 334 468 info@radiomaendeleo.info
PolitiqueSocieté

Sud-Kivu : Amka Congo invite le Chef de l’Etat à mettre fin à la boucherie foncière en province 

502views

ECOUTEZ LA RADIO EN LIGNE

Le collectif des Mouvements Citoyens Amka Congo demande au chef de l’Etat de mettre fin à ce qu’il qualifie de boucherie foncière occasionnée par certains membres du gouvernement central dans la province du Sud-Kivu.

Dans un mémorandum adressé au président de la république, le collectif Amka Congo dénonce la signature par le ministère national de l’urbanisme et habitat des contrats léonins qui dépouillent l’Etat congolais de son patrimoine immobilier au Sud-Kivu.

Dans ce mémorandum, Amka Congo signale que des contrats sont signés sans aucun soubassement légal.

Ce regroupement des mouvements citoyens évoque la violation flagrante des dispositions pertinentes de la loi du 9 juillet 2018 relative au partenariat public.

Le mode de conclusion desdits contrats notamment l’appel d’offre, la transparence dans la procédure d’octroi des contrats, la concurrence, le contrôle à priori et à posteriori tels que prévus par la loi ne sont pas respectés lit-on dans ce mémo.

Il rappelle les dispositions des articles 18 et 22 de la loi précitée et selon lesquelles, le Ministre du Plan coordonne le secteur de partenariat public-privé et qu’un décret du premier ministre détermine les modalités d’approbation et les différentes autorités approbatrices.
Malheureusement, déplore Amka Congo, le ministre national de l’urbanisme et habitat ne respecte pas toutes ces dispositions légales.

Jusque-là, aucun décret n’a été signé par le premier ministre à ce sujet rapporte cette structure mais des contrats continuent d’être signés avec comme risque de dépouiller l’Etat de tous ses biens meubles et immeubles au Sud-Kivu.

Bien plus, les militants réunis au sein du collectif Amka Congo disent avoir déposé un dossier au parquet General du Sud Kivu contre le ministre national de l’urbanisme et habitat Pius Mwabilu. Ce dossier devra être soumis au parquet General près la cour de cassation pour disposition et compétence.

Enfin, ce collectif invite le Président de la République à prendre des décisions qui s’imposent pour mettre à la disposition de la justice toutes les autorités impliquées dans cette mafia.

 

Partagez: