Podcasts

Nous suivre sur Facebook

+243 997 334 468 info@radiomaendeleo.info
SantéSocieté

Sud-Kivu: 5 enfants sur 1000 naissent avec le problème de fente labiale ou bec de lièvre

équipe des medecins traitant des fentes labiales à l'HPGRB. Ph.Radio Maendeleo
145views

5 enfants sur mille naissent avec la malformation de la fente labiale ou de bec de lièvre par an, au Sud-Kivu.

Ceci s’explique par les facteurs environnementaux ou par les causes génétiques.

Précisions du chirurgien à l’hôpital général de Bukavu, Franc Masumbuko le lundi 15 juin 2020 en marge de la célébration de la journée de l’enfant africain, célebrée le 16 juin chaque année.

D’après le docteur Franc Masumbuko, l’hôpital général de Bukavu a déjà traité 400 enfants depuis le début du projet de réparation de ces fentes en 2018 au Sud-Kivu et 4500 sur l’ensemble du pays à travers une équipe mobile.

Il ajoute que cette malformation est due à la consommation d’alcool pendant la grossesse, des médicaments à base des plantes et de l’argile ainsi que les femmes enceintes vivant dans les zones d’exploitations minières telles que Mwenga, Kalehe et Fizi.

Docteur Franc Masumbuko renseigne qu’ils s’engagent à offrir de soins de qualité aux enfants gratuitement,’’ l’hôpital général de référence de Bukavu avec Smile train offre des soins gratuitement aux enfants ayant ce problème.

Cela se fait à différentes phases à savoir, à trois mois puis à dix mois de naissance et leur séjour à l’hopital est assuré gratuitement…’’.

Cette opération s’effectue en province à travers un service spécialisé d’un pédiatre nutritionniste Kasindi Bwija Joé et d’un anesthésiste Pierre en collaboration avec l’organisation américaine Smile Train à en croire le docteur Franc Masumbuko.

Le pédiatre Kasindi Bwija pour sa part insiste sur la nutrition de ces enfants car ils peuvent attraper l’infection des voies respiratoires et impacter négativement sur le poids du nourrisson.

De son côté, l’anesthésiste Pierre attire l’attention de tout le monde sur la considération de ses enfants dans la communauté, car à l’en croire plusieurs sont stigmatisés et leurs familles ont un problème psychologique.

 

Isabelle Riba

Partagez: