Podcasts

+243 997 334 468 info@radiomaendeleo.info
Economie

Bukavu: le non respect des accords d’échanges transfrontaliers fâche les femmes commerçantes

193views

ECOUTEZ LA RADIO EN LIGNE

Les femmes Congolaises exerçant le commerce transfrontalier entre le Rwanda et la RDC à la frontière Ruzizi 1er dénoncent le non-respect des accords régissant l’échange des marchandises dans la région des grands-lacs. Il s’agit entre autre de l’importation des produits vivriers et leur vente sur le sol Congolais.

Pour manifester leur mécontentement, ces femmes qui écoulent les produits importés du Rwanda au marché dit feu vert de Nguba et au grand marché de Kadutu dans la ville de Bukavu ont organisé un sit in à la frontière Ruzizi 1er.

Ces petites commerçantes renseignent qu’une fois acheté les produits vivriers au Rwanda, les rwandaises traversent avec les mêmes produits pour les vendre à Bukavu à un prix réduit.

Situation qui fâche ces femmes congolaises qui ajoutent que cette façon d’agir de la part de leurs collègues constitue pour elles un manque à gagner, j’ai douze enfants et je suis veuve. C’est à travers ce petit commerce des tomates que je parviens à couvrir les besoins de ma famille. Nous déplorons le comportement des femmes Rwandaises, qui favorise la concurrence déloyale en venant vendre des articles déjà importés à bas prix.  Cela constitue un manque à gagner pour nous.Nous leurs demandons juste de respecter les accords d’échanges des marchandises entre nos pays”, témoigne l’une de ces femmes commerçantes.

Accompagnées du président du marché de Nguba dans leurs revendications, ce dernier renseigne qu’ils comptent rencontrés le maire de Bukavu pour discuter de la question.

Le chef de quartier Nyalukemba, DeoKurassa s’est rendu sur le lieu pour apaiser les manifestants qui voulaient ravir les marchandises des femmes venues du Rwanda.

De leur côté, les femmes commerçantes Rwandaises fustigent le fait que les Congolaises se rendent désormais dans leurs champs pour acheter des légumes au lieu d’aller au marché.

Isabelle Riba

Partagez: