La Cour Constitutionnelle a retenu la candidature du Professeur Docteur Nkere Ntanda Nkingi à la députation nationale pour la circonscription électorale de Walungu contrairement à la décision de la CENI qui l’avait invalidée.

Selon le professeur docteur Nkere Ntanda Nkingi, la Cour Constitutionnelle a retenu sa candidature après avoir constaté que tous les éléments contenu dans son dossier étaient conformes à la loi.

Il appelle tous les habitants du territoire de Walungu au calme et à demeurer sereins en vue de voter les personnes capables d’apporter un changement pour l’ensemble de ce territoire et de la RDC en général.

« … la CENI n’a fait que appliquer les lois sans avoir tous les éléments en place c’est pourquoi, grâce à Dieu, notre candidature qui était initialement invalidée a été reconsidérée. Je voudrais surtout en profiter pour informer mon électorat que la Cour nous a donné raison c’est pourquoi notre candidature est relancée. Je lance un appel à tous nos électeurs de Walungu de se mobiliser, de continuer la campagne et la sensibilisation et que nous allons nous battre au sein de l’AFDC et Alliés pour gagner ces élections dans cette circonscription parce que nos prédécesseurs n’ont pas vraiment réussi… que nos électeurs se mobilisent et nous allons descendre sur le terrain incessamment pour prendre contact direct avec eux » rassure le professeur Dr Nkere Ntanda Nkingi.

Ce cadre qui a postulé dans le regroupement politique AFDC et Alliés rappelle qu’il a fait le même exercice en 2006 et en 2011 et, pour cette troisième fois, la détermination et la volonté sont au rendez-vous afin de remporter ces élections et corriger les erreurs des anciens élus qui n’ont réussi à apporter un réel changement.

Rappelons que c’est en principe ce mercredi 19 septembre que la Commission Electorale Nationale Indépendante CENI va publier les listes définitives des candidats retenus pour les élections présidentielles et les législatives nationales.

Ceci après l’étape du contentieux électoral au cours de laquelle la Cour Constitutionnelle a examiné les requêtes des différents candidats qui se sont sentis lésés par la décision de la CENI.