La conférence Internationale de pays des grands lacs vient d’organiser quatre tribunes populaires dans le Territoire de Walungu. Devant plusieurs invités, elle a sensibilisé la population à lutter contre l’exploitation illégale des ressources naturelles. Ces séances ont duré deux jours  et ont ciblé  quatre groupements.

Selon l’expert de la CIRGL en charge de ce mécanisme Cyprien Biringingwa l’objectif de quatre tribunes populaires organisées par le secrétariat exécutif de la conférence internationale sur la région des grands lacs CIRGL en sigle entre dans le cadre de la mise en œuvre du mécanisme d’alerte rapide en territoire de Walungu.

« La présence des militaires dans la chaine d’approvisionnement des minerais et dans les sites miniers empêche le développement des communautés locales et de toute la République en général. Le mécanisme d’alerte rapide est l’un des six outils qu’utilise la CIRGL dans la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles » précise Cyprien Biringingwa.

Pour les participants c’est un ouf de soulagement. Nsimire M’Karubandika, ces tribunes d’expression populaire sont très importantes. Le  besoin d’une telle sensibilisation se fait encore ressentir car dans plusieurs sites miniers des violations des droits humains sont encore visibles.

Dans l’objectif de mettre chacun devant ses responsabilités, la police de mies a été conviée aussi à ses tribunes. Pour le colonel YOGO, commissaire en charge de la police des mines, ce projet ne vient qu’appuyer leur travail de chaque jour. Il invite tous les états-majors à le prendre en compte pour permettre au pays de décoller.

Pour sa part,  le bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu promet d’appuyer ce  projet. «  Les stratégies prise par la conférence internationale sur la région des grands lacs et qu’on va appliquer dans les zones minières est une grande réussite », explique  Raoul Kitungano, un représentant du président du bureau de coordination à ces accises.

Du côté de l’administrateur du territoire de Walungu, le projet tombe à point nommé car la population de sa juridiction a besoin de voir les retombées des activités d’exploitation minière dans leur vie quotidienne.  Dominique Bofondo pense qu’avec la fraude cela est impossible d’où la population doit s’approprier le mécanisme d’alerte rapide.

Ces tribunes populaires se sont tenues à Mugogo dans le groupement de Lurhala et Madaka dans la groupement de Mushinga pour la journée de samedi ; alors que pour la journée de dimanche, le tour était au centre de négoce de Nzibira dans le groupement de Mulamba avant de chuter au centre de Walungu.

Toutes ces  activités ont  été réalisée grâce à l’appui financier de la coopération suisse pour une intégration du genre dans la mise en œuvre de ce processus.