Le professeur et chercheur au Centre des Recherches en Hydro Biologies CRH Uvira demande aux services de l’environnement et d’autres services habilités à empêcher aux pêcheurs sur le Lac Tanganyika de pêcher les petits poissons qui sont actuellement visibles dans ce Lac après le bloom algal survenu le week-end dernier.

Dans un entretien avec radio maendeleo, cet enseignant d’Universités fait savoir qu’après cet événement naturel, l’environnement pour la reproduction des poissons est très favorable.

Le professeur Pascal Masilya Mulungula précise que le bloom algal survenu n’a aucune conséquence sur la consommation des poissons mais plutôt la production sera suffisante dans les mois à venir.

« … en principe il n’y a pas des conséquences pour la consommation des poissons sauf s’il y a ceux qui consomment des poissons crus. Il faut seulement bien préparer les poissons correctement. D’ailleurs comme il y a eu un bloom comme ça, les pêcheurs sont contents parce qu’en principe vers octobre, c’est un signe qu’en octobre la capture des poissons va augmenter. D’ailleurs, on le voit aujourd’hui. Certaines gens ont dit qu’il y a eu des poissons qui sont morts surtout des tout petits, non. Comme il y a suffisamment à manger, les poissons ont à manger ils se reproduisent donc pour le moment on a beaucoup de petits poissons au Lac Tanganyika…. Il faut les laisser effectivement; l’environnement doit veiller à ce que les gens ne capturent pas ces petits poissons pour qu’au mois de mai et novembre nous puissions avoir plusieurs poissons et de grande taille dans le Lac Tanganyika… », conseille-t-il.

Le professeur Pascal Masilya veut voit tous les services s’impliquer et les pêcheurs s’abstenir de tout comportement qui irait dans le sens de détruire l’environnement de ces poissons.