Après plus de dix ans à l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu, les députés ont réussi à voter 60 édits dans différents secteur de la vie provinciale à part les édits budgétaires.

De même, plus de cinquante mille recommandations ont été formulées par l’organe délibérant aux différents gouvernements provinciaux qui se sont succédé depuis 2006 en vue de l’amélioration des conditions de vie de la population.

La révélation a été faite par le vice-président cette première institution de la province dans son discours lors de l’ouverture, le 29 septembre dernier, de la session parlementaire de septembre 2018 en cours.

Malgré le vote de tous ces édits, plusieurs analystes semblent unanimes sur le fait que beaucoup reste encore à faire pour améliorer le vécu quotidien de la population.

Nombreux sont ceux qui attribuent cette situation au fait que les gouvernements qui se sont succédé ne se sont pas appropriés le travail fait par les députés provinciaux. En effet, en tant que pouvoir exécutif, il devrait mettre en place des stratégies pour l’application de ces édits.

Il faut pourtant noter que plusieurs de ces édits et recommandations ont été tout simplement gardés et/ou gelés dans les tiroirs du gouvernement provincial à travers ses différents ministères.

Les seuls édits qui ont été appliqués concernent le budget et d’autres qui rentrent dans l’intérêt des gouvernants comme celui portant création de la Direction Provinciale de Mobilisation et d’Encadrement de recettes DPMER en sigle.

Certains analystes estiment que le fait pour le gouvernement de ne pas mettre en applications les différents édits qui touche le social des habitants constitue un manque de respect à l’Assemblée provinciale qui, du reste, est la première institution en province.

D’autres attribuent cette situation au fait que les députés provinciaux n’ont pas réussi à exercer le contrôle qu’il faut et le suivi nécessaire des actions du gouvernement afin que leur travail soit mis en valeur.

A cette période précise ou le gouvernement provincial est en train d’élaborer le budget de la province, les analystes estiment que le Gouverneur devrait penser à intégrer certaines questions qui ont déjà été traités par les députés provinciaux.

C’est notamment l’édit portant création de fond de promotion de l’éducation, l’édit portant protection des personnes de troisième âge, celui portant la réglementation du contrat de bail et d’autres qui entrent dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des habitants.