Les victimes de la faillite de la Coopérative d’épargne et de crédit IMARA COOPEC IMARA en sigle déposent vendredi 20 avril une plainte contre cette coopérative et la Banque centrale du Congo en vue d’activer les procédures pour être rétablies dans leurs droits.

C’est l’une des résolutions prises à l’issue de l’Assemblée générale organisée dimanche 15 avril 2018 dans la salle de la paroisse Mater Dei sous la facilitation de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile NDSCI.

Selon le président du comité de crise de la COOPEC IMARA Amuri Kandolo, la rencontre avait pour but d’informer les membres de l’état actuel des démarches mais aussi des actions citoyennes à entreprendre en vue de recouvrer leurs droits.

« … au terme de cette rencontre, nous avons résolu qu’en date du 20 avril nous allons faire une marche pacifique pour aller déposer une plainte contre la COOPEC IMARA et la Banque Centrale du Congo… le 7 mai, il y aura une action qui va aboutir à déterminer comment programmer une série des sit in indéterminés dans les enceintes de la Banque Centrale. Nous viendrons avec nos familles et nous allons installer un campement jusqu’à ce qu’on nous rétablisse dans nos droits… depuis 2013, nous avons rencontré toutes les autorités jusqu’à la présidence de la République mais ce ne sont que des promesses… nous ne faisons pas la politique, nous voulons seulement avoir notre argent… », explique Amuri Kandolo.

Au cours de cette rencontre, les membres ont été informés sur le fait que les démarches ont déjà avancé car la Banque Centrale du Congo a déjà promis de rendre disponible une partie de l’argent.

Selon le président national de la NDSCI Jean Chrysostome Kijana, malgré ces promesses, il important de mener des actions citoyennes pour pousser le gouvernement à agir dans l’urgence.

Notez que plus de neuf mille membres sont victimes de la faillite de cette coopérative avec un montant global de 12 millions de dollars américains.