Les agents exclus des antennes du Service  de Contrôle et de la Paie des Enseignants SECOPE en sigle de Panzi, Birava et Kabare-Sud sollicitent qu’ils soient remis dans leurs droits faute de quoi ils comptent mener des actions de grande de revendication.

Ceci est contenu dans le mémorandum que ces agents ont livré ce mardi 19 juin au ministre national de l’éducation, Gaston Musemena en séjour de travail dans la ville de Bukavu.

Les concernés jugent illégaux les arrêtés signés au mois de mars portant désignation et affectation de nouveaux cadres et agents pour occuper leurs places dans les antennes de Panzi, Birava et Kabare-Sud au sein du Service de Contrôle et de paie des enseignants, SECOPE.

Apres réception du mémorandum, le ministre national ayant en charge l’éducation Gaston Musemena a promis de résoudre incessamment ce problème.

Cette réponse du ministre n’a pas rencontré l’assentiment de ces agents exclus qui pensent que cette affaire devrait trouver solution dans un plus bref délai.

« … nous espérons que dans un bref délai selon ministre et le secrétaire national, un ultimatum donné au directeur provincial du SECOPE que dans un délai de quelques semaines il va faire un propos de résolution pour tous les agents chassés… mardi nous allons partir, selon la promesse du secrétaire national, voire le directeur provincial du SECOPE pour avoir des solutions sur ce qu’on lui a dit de faire… », explique l’un d’eaux Amani Byenda Innocent.

Signalons que des agents avaient été engagés au SECOPE Panzi, Birava et Kabare-Sud au mois de janvier dernier mais ont été exclus de ce service au mois de mars par des arrêtés du ministère national de l’enseignement.

Pour eux, les agents nouvellement engagés n’ont jamais travaillé dans le secteur de l’enseignement et n’ont pas des compétences requises.  Au niveau de la forme, les agents exclus reprochent à ces arrêtés des erreurs des dates et des noms repris deux fois.