Les autorités provinciales et nationales sont appelées à intervenir pour sauver les habitants du territoire de Shabunda qui traversent une situation de misère.

L’appel est d’un jeune leader ressortissant de ce vaste territoire de Shabunda Bienvenu Kalema après une tournée effectuée sur place.

Selon lui, il actuellement impossible d’atteindre le territoire de Shabunda par voie routière car seule la ligne aérienne permet à la population de réaliser certains mouvements.

Pour lui, la vie que mène les habitants de Shabunda est catastrophique par le fait qu’il n’y a pas des infrastructures scolaires de qualité , la prise en charge médicale est difficile et précaire.

« … à l’hôpital général de référence de Shabunda, les infirmiers et les médecins sont impayés depuis plusieurs mois. Les malades je les ai vus mourir par manque de médicament, par manque de carburant pour alimenter le groupe électrogène que Médecins Sans Frontières a donné à cet hôpital. J’ai vu les élèves étudier par terre et si la pluie tombe, ils sont tous mouillés et sont obligés de vider les écoles… la vie devient chère parce qu’il n’y a pas de route, tout dépend du fret aérien. Un seul gobelet de sel qui coute 200fc à Bukavu, à Shabunda ça coute 1700fc. Un litre d’essence qui coute 1600fc à Bukavu, ici à Shabunda ça coute 4000fc. Un sac de ciment qui coute 12 dollars à Bukavu, à Shabunda ça coute 65 dollars… », renseigne Bienvenu Kalema.

Ce ressortissant de Shabunda estime que l’intervention des autorités à différent niveau peut aider cette population à sortir de la misère.

Il estime que la réhabilitation des routes de dessertes agricoles devait préoccuper le gouvernement provincial en vue de désenclaver Shabunda.