La plénière prévue ce vendredi 13 avril pour adopter le calendrier de la session de mars s’est soldée par une bagarre entre le député provincial Namunsisi Mulemangabo et son collègue Byemba Songa Yaya.

A la base, une incompréhension sur deux termes à savoir la validation et l’invalidation du mandat respectivement d’un suppléant ou d’un député titulaire.

Tout a commencé lorsque les députés ont demandé que soit inscrite à l’ordre du jour la validation du mandat du suppléant de leur ancien collègue Isaac Buchekabirhi, aujourd’hui ministre provincial de l’enseignement primaire.

Pour certains députés, la validation du mandat d’un suppléant suppose l’invalidation du mandat en tant que député de l’actuel ministre provincial de l’EPSP. Pour d’autres, le terme validation du mandat du suppléant ne signifie pas forcément invalidation du mandat du titulaire.

Pour le député Namunsisi, lorsqu’un député provincial est nommé ministre ou à d’autres fonctions, son mandat est suspendu au profit de son suppléant car après l’exercice de ces nouvelles fonctions, il peut revenir à l’hémicycle et siéger valablement.

Pour son collègue Songa Byemba Yaya, lorsqu’un député est remplacé par un suppléant, il s’agit d’une invalidation pure et simple du député titulaire.

Il s’en est suivi des échanges des paroles et même des injures, démontrant chacun son expériences et ses études.

Suite à ces discussions, le vice-président de l’Assemblée Provinciale et président de la séance Gilbert Ngongo Lusana a levé la plénière en inscrivant le point dont question à l’ordre du jour.

Dans la foulée de la sortie de la salle des plénières, les députés provinciaux et d’autres participants ont été surpris par des échanges des coups. Là, c’est le député Namunsisi et son collègue Songa Biemba qui se bagarrent.

Chacun rejette la responsabilité sur son collègue estimant que c’est lui qui a été à la base de cela. Le député Songa Biemba s’en sort avec une blessure au front et des lunettes cassées alors que Namunsisi est blessé à la main, selon des sources sur place.

Aux dernières nouvelles nous apprenons que Namunsisi a déposé une plainte auprès du procureur général de la République alors que son collègue a été conduit dans une formation sanitaire.

pour sa part, le bureau serait en train de réfléchir sur les mesures disciplinaires à prendre à l’endroit de l’un ou l’autre conformément au Règlement d’Ordre intérieur qui régit l’Assemblée Provinciale.

 

Partager l'article