Sept personnes condamnées à la peine capitale « peine de mort » et neuf autres acquittées.
Telle est la sentence qui est tombée vendredi 6 janvier 2017 dans l’affaire qui oppose le ministère public et partie civile mwamikazi M’BAHARANYI Espérance, CIBWIRE 5 Tony et la Chefferie de Luhwindja contre 38 prévenus.
Ces personnes sont poursuivies pour avoir, dans la nuit du 09 au 10 juin 2015 tenté au moyen des armes de guerre, de donner la mort au mwami Tony CIBWIRE 5 et sa mère, l’honorable Espérance M’BAHARANYI.
A en croire la motivation du jugement, les prévenus sont également poursuivi pour participation à un mouvement insurrectionnel et création d’une bande armée.
Près d’une année et six mois d’instruction et de comparution, le tribunal militaire de garnison de Bukavu retient les infractions de tentative d’assassinat et d’association des malfaiteurs contre sept des personnes poursuivies.
Pour ces infractions, la peine de mort a été prononcée.
Dans le jugement rendu par le président du Tribunal Militaire de Garnison de Bukavu, le major DILUAMPANGILA AHULA Michel, pour neuf prévenus, le Tribunal dit non établi en fait et en droit l’infraction d’association des malfaiteurs, les en acquitte et ordonne leur libération immédiate.
Le Tribunal se déclare incompétent à l’égard de l’un des prévenus Samuel AIRA du fait de sa minorité et le remet à la disposition du ministère public qui doit le renvoyer devant son juge naturel.
Pour l’honorable Espérance M’BAHARANYI, partie civile dans cette affaire, la justice a été dite mais elle n’est pas du tout satisfaite.
Elle appelle toute la population de Luhwindja à cultiver les valeurs de paix.
Du côté de la partie prévenue, certains avocats se disent déçus mais font foi en la justice. Maitre Alfred MAISHA promet d’interjeter appel pour l’un de ses clients condamné estimant que le jugement rendu contre lui n’est pas favorable.
Le procès s’est déroulé en présence de plusieurs habitants de Luhwindja venus pour la circonstance et d’autres vivant ici à Bukavu.