La société civile du Sud-Kivu va deployer ses émissaires à Kinshasa avant l’examen de loi électorale par le senat. L’object de leur séjour à Kinshasa sera d’emmener la contribution de la société civile pour une éventuelle modification de certaines dispositions avant qu’il soit adopté par le senat.

C’est ce qui ressort d’un atelier de  reflexion organisé par la société civile du Sud-Kivu en collaboration avec le centre National d’appui au développement et à la participation populaire CENADEP.

D’après le président du bureau de coordination de la société civile Maitre Patient BASHOMBE, certaines dispositions  de ce projet de loi recemment adopté par l’assemblée nationale vont à l’encontre des aspirations du peuple congolais.

« Il s’agit notamment du respect de la parité hommes-femmes sur les listes des partis politiques, la reduction de la caution pour le depot des candidatures et le refus du vote semi electronique qui n’est pas actuellement opportun estime notre source. Nous voulons voir les sénateurs s’impliquer pour que ces dispositions soient revues comme ils l’avaient fait en Janvier 2015 contre la loi portant subordination  des élections au recensement général  de la population », précise  Maitre Patient Bashombe.

Signalons que le projet de loi électorale a été adoptée Lundi 04 Décembre par l’assemblée nationale après le boycott de la plénière par les députés de l’opposition. La plupart des partis politiques de l’opposition à l’instar de l’Union pour la Nation Congolaise UNC jugent de suicidaire cette loi électorale.

La rencontre de forces vives de la société civile s’est tenue dans la salle de l’APRODEPED en Commune d’Ibanda.