Securité

Sud-Kivu: les épouses des militaires veulent plus de sécurité face à leurs époux

Les épouses des militaires vivant au camp militaire Saio dans la commune d’Ibanda demandent au commandant de la 33ème Région Militaire de renforcer la réglementation du port d’armes par les militaires en dehors des heures de service afin de limiter les dégâts causés par ces derniers dans la communauté.

La demande a été formulée dans un entretien avec Radio Maendeleo à l’issue de l’audience qui a conduit à la condamnation du sergent Innocent Nsagiranabo pour avoir tiré sur son épouse et provoqué la mort de la fille de cette dernière.

Selon ces femmes, le fait pour leurs époux militaires d’amener les armes à la maison devient de plus en plus un danger car ils y font recours même en cas d’une simple querelle dans  la maison ou dans le camp.

Notre source renseigne que cette situation s’aggrave parce que dans le Camp Militaire Saio, les résidences des militaires ont été transformées en maisons de tolérance et de vente des boissons fortement alcoolisées.

C’est ce qui pousse les épouses des militaires vivant au Camp Saio à appeler le commandant de la 33ème Région Militaire à mettre fin aux désordres qui règnent dans ce camp situé au quartier Nyalukemba dans la commune d’Ibanda.

« nos époux sont devenus nos ennemis. Imaginez qu’à une simple dispute, ils brandissent l’arme. Vous vous rappelez que très récemment tout un colonel a tué son épouse. Aujourd’hui encore, nous venons d’assister à un autre drame. Jusque-là nous n’avons trouvé aucune solution en tant qu’épouses des militaires. Tout soldat ivre recourt à son arme et la tourne contre son épouse. Apparemment pour un militaire, le fait de se promener avec une arme c’est devenu comme s’il se promenait avec un fouet qu’il peut utiliser n’importe comment. Nous demandons que les autorités nous aident afin que ces armes soient déplacées parce que lorsque l’ennemi s’infiltre, les militaires peuvent toujours recourir à leurs armes surtout que c’est d’abord Dieu qui nous garde. En tout cas nous insistons que ces armes soient envoyées au dépôt mais aussi interdire la vente et la consommation des boissons fortement alcoolisées dans tous les camps militaires », plaide une épouse d’un militaire juste après l’audience de jeudi 24 juillet 2019.

Dans le même sens, d’autres habitants vivant aux environs du Camp Militaire Saio estiment que le ministère en charge de l’intérieur devrait réfléchir sur la manière d’améliorer les conditions de vie des militaires dans ce camp.

Ils estiment que les maisons dans lesquelles vivent les militaires du Camp Saio ne montrent pas une bonne image des Forces Armées de la République Démocratique du Congo et devraient être réhabilitées.

Des observateurs estiment que le ministère en charge des forces armées devrait réfléchir afin de placer les militaires dans des conditions dignes sur le plan du logement et des finances afin de ne pas les exposer à la commission de certaines infractions.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer