Securité

Sud-Kivu: les chefs rebelles qui se sont rendus doivent être entendus par la justice (ARPJ)

L’Asbl Action pour la Restauration de la Paix et la Justice ARPJ appelle la justice militaire à se saisir de tous les chefs des groupes armés qui se sont déjà rendus aux FARDC et qui ont commis des exactions et violations des droits humains à l’endroit des populations dans plusieurs coins de la province du Sud-Kivu.

Dans un communiqué de presse rendu public, le secrétaire exécutif de cette organisation Gentil Akilimali encourage d’abord les efforts fournis par les parties prenantes et qui ont abouti à la reddition de plusieurs groupes armés en province.

Il précise que malgré la volonté de se rendre et de déposer les armes, certains chefs rebelles ont commis des actes qui ont endeuillé des familles entières en tuant, violant et en incendiant des villages entiers.

Le secrétaire exécutif de l’ARPJ Gentil Akilimali pense que tous ces actes ne devraient pas rester impunis et le commandant de la trente troisième Région Militaire devrait faciliter la tâche à la justice militaire dans ce processus.

L’Asbl Action pour la Restauration de la Paix et la Justice se dit disponible à apporter des informations dont elle dispose aux instances judiciaires afin que la justice soit rendue à toutes les victimes.

Contacté, le commandant de la 33ème Région Militaire, le Général Major Akili Muhindo Mundos encourage l’initiative prise par l’ARPJ.

Il pense toutefois que chaque chose a son temps et la justice militaire ne devrait pas tarder à se saisir de l’un ou de l’autre rebelle qui serait cité dans des actes de violations des droits humains.

Le Général Major Akili Muhindo Mundos appelle les uns et les autres au calme.

Notre source demande aux concernés de donner la chance au processus en cours de reddition des groupes armés en province et ainsi aboutir à une paix durable dans la province du Sud-Kivu.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer