Une requête en contestation de la procédure de désignation de Certains chefs coutumiers à coopter comme députés provinciaux au Sud-Kivu a été déposée devant la Cour d’Appel de Bukavu.

Dans un point de presse tenu à Bukavu, Maitre Arnold Nyaluma cite le Mwami Ngweshe Weza III pour le territoire de Walungu et Marcel Munganga Cihugo Cha Nanindja  de la Chefferie de Nindja en territoire de Kabare.

Le Mwami Ngweshe conteste par devant la Cour d’Appel de Bukavu, la désignation de Madame Kabonwa Naweza Félicitée comme candidate du territoire de Walungu à la cooptation des chefs coutumiers.

D’après Maitre Arnolde Nyaluma, la concernée n’a pas qualité de chef coutumier car les chefs coutumiers à coopter doivent figurer sur la liste publiée par le Ministère national ayant les affaires coutumières dans ses attributions.

Sur cette liste, le chef de chefferie de Kaziba qui est repris au numéro 222 c’est plutôt le Mwami Duik Majiri neveu de Kabonwa Naweza Félicité. Cet avocat au barreau de Bukavu estime que sur base de cela, il y a lieu d’annuler sa cooptation surtout que sa présélection n’a pas fait le consensus au niveau de la CENI/antenne de Walungu.

 « … pour le cas de Walungu, par exemple, on n’a pas obtenu de consensus, au niveau local… on a même signé un PV de non consensus, et puis de manière unilatérale et frauduleuse. La CENI a désigné une candidate, qui du reste, n’a pas la qualité de chef coutumier sans associer le Mwami Ngweshe. Les listes qui ont été publiées aussi bien par le ministère au niveau national  qu’au niveau de la division en province ne confèrent pas la qualité de chef coutumier à celle qui a été cooptée… Quand à Nindja, c’est le même problème avec cette particularité que, sur la liste au niveau national, c’est la seule exigée par la CENI, c’est bien le Mwami Marcel qui y figure. Le jour où on devrait faire la présélection il s’est présenté, on lui a refusé l’accès à la salle, puis il va être surpris qu’on a utilisé une seconde liste, qui a été confectionnée apparemment à la hâte au niveau de la division des affaires coutumières, sans date de 2019 et non conforme à la loi électorale. C’est pourquoi nous avons saisi le juge pour qu’il annule ce processus, puisqu’il a été irrégulier, qu’il reprenne pour que ceux qui seront cooptés les soient conformément à la loi… », explique Me Arnold Nyaluma.

Il fait savoir que les victimes de cette attitude envisagent des actions pénales contre les individus qui ont mis en cause la foi dûe aux actes et qui ont utilisé des faux documents.