Plus de 600 agents de Namoya Mining, une  filiale de l’entreprise Banro sont envoyés en congé technique. L’entreprise concernée justifie cette suspension momentanée des contrats de ces agents par l’insécurité devenue récurrente sur la route nationale numéro 5, une situation qui empêche l’acheminement des produits qui font fonctionner l’usine de Namoya au Maniema.

De ce fait, les agents renvoyés à la maison ont été convoqué  à partir de ce lundi au bureau de Banro situé à Muhumba en commune d’Ibanda pour retirer les notifications de suspension de leurs contrats.

La plupart de ces agents désavouent cette démarche de leur employeur estimant que  le travail assure l’indépendance. C’est avec amertume que cette décision a été accueillie par les agents renchérit le président de la délégation syndicale de Namoya Mining, Assani Kabalex.

Ce dernier ajoute néanmoins que ses collègues ont salué le fait pour leur employeur de garantir le payement mensuel de 40 pourcent de leurs salaires.

L’entreprise Namoya Mining indique avoir entrepris cette démarche en respect des normes de la règlementation du travail en vigueur en RDC. Cette entreprise relance les activités habituelles de l’usine de Namoya aussitôt que la situation sécuritaire sera stable précise le chargé des relations publiques à Banro.

Signalons que c’est depuis le mois de juin dernier que des mouvements de groupes armés sont signalés au sud de la province notamment en territoire de Fizi pourtant la route nationale numéro 5 qui conduit à Namoya au Maniema passe par les coins en proie à l’insécurité.

En attendant que la situation redevienne à la normale, c’est un service minimum qui sera assuré à l’usine de Namoya.