Securité

Sud-Kivu: encore un militaire FARDC condamné à perpétuité après avoir tiré sur son épouse

Le sergent Innocent Nsagiranabo du 3306ème Régiment des Forces Armées de la République Démocratique du Congo basé à Kamituga dans le territoire de Mwenga a été condamné à la servitude pénale à perpétuité par le Tribunal Militaire de Garnison de Bukavu.

C’était à l’issue d’une audience tenue jeudi 25 juillet 2019 en procédure de flagrance et en chambre foraine au premier degré au Camp Militaire Saio dans la commune d’Ibanda.

Dans son jugement, le Tribunal Militaire de Garnison de Bukavu a reconnu le sergent Innocent Nsagiranabo coupable de cinq infractions. Il s’agit du meurtre, la tentative de meurtre, la détention illégale d’armes et des munitions de guerre, la dissipation de munitions de guerre et la violation des consignes.

Il est accusé d’avoir ouvert le feu et tiré sur son épouse Wakusolela Mawazo Noella et la fille de cette dernière Sangani Walumona Jolie qui est décédée sur le champ dans la nuit de mercredi jeudi 25 juillet 2019 au Camp Militaire Saio.

Alors que le ministère public avait requis la peine de mort, le tribunal a retenu des circonstances atténuantes justifiées par le fait que le prévenu a coopéré avec la justice.

Le Tribunal Militaire de Garnison de Bukavu a aussi condamné le sergent Nsagiranabo au paiement, in solidum avec l’Etat congolais, des dommages et intérêts à toutes les trois parties civiles qui se sont constituées.

Il s’agit respectivement l’équivalent de en francs congolais de 100 000 dollars américains à son épouse Wakusolela Mawazo Noella qui est admise aux soins à l’Hôpital Général de Bukavu, 50 000 dollars à Alice Walumona et 200 000 dollars à l’époux de Mme Sangani Walumona Jolie en la personne du capitaine Kamasa.

Signalons que le sergent Nsagiranabo dispose de cinq jours pour interjeter appel de ce jugement. Le prononcé de ce jugement est intervenu devant une foule immense d’habitants qui estime qu’il s’agit d’un procès exemplaire qui va persuader d’autres militaires indisciplinés.

Lire aussi http://www.radiomaendeleo.info/reconnu-coupable-de-meurtre-sur-son-epouse-le-colonel-bihendo-ecope-de-la-prison-a-vie/

Les faits 

Le soldat de deuxième classe (sergent) Innocent Nsagiranabo se trouvait à Bukavu avec une feuille de route de son unité (3306ème Régiment des FARDC basé à Kamituga) qui mentionnait les soins médicaux comme raison déplacement.i

Il a passé la journée de mercredi 25 juillet 2019 en train de consommer des boissons fortement alcoolisées avec son épouse et certaines autres personnes dans sa résidence située dans le Camp Militaire Saio dans la commune d’Ibanda.

Déjà ivres, ils ont allumé leur radio avec un volume élevé de musique et commencèrent à danser jusqu’à déranger les voisins. C’est alors qu’un autre militaire sortit de sa résidence pour observer ce qui se passait.

Selon les témoignages recueillis par devant le Tribunal, le prévenu Nsagiranabo a conclu ce militaire qui était venu voir ce qui se passait avait des relations liées au sexe avec son épouse.

Quelques minutes après, une dispute s’en suit avec son épouse et les coups s’en suivent. Mr Nsagiranabo entre dans sa chambre, récupère son arme et commence à tirer dans tous les sens.

Prise de peur, Mme Sangani Walumona Jolie pensa que sa mère Wakusolela Mawazo Noella était en danger et alla tenter de la sauver. C’est alors qu’elle rencontre sa mère au sol battue par son époux.

Elle la prit et la sortit. C’est alors que le prévenu sortit et commença par tirer à bout portant sur Mme Sangani Walumona (enceinte) qui est décédée sur le champ avant de tirer sur son épouse (la balle va atteindre le bras).

C’est alors que quelques militaires vont sortir de leurs résidences pour maîtriser le prévenu qui tentait de fuir vers le Rwanda à travers la rivière Ruzizi après avoir jeté son arme.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer