Politique

Sud-Kivu: ces intérêts individuels qui paralysent toute une ville à travers des manifestations (Editorial)

Les manifestations organisées lundi 27 Mai 2019 dans la ville de Bukavu  par les militants de certains partis politiques pour réclamer les postes au sein du Gouvernorat de province étonnent  plusieurs  observateurs.

En effet,  nombreux sont ceux qui croient qu’il s’agit des revendications à caractère personnel et ne devraient pas amener les militants des partis politiques à brûler des pneus sur la chaussée car cela a des conséquences sur le goudron et empêchent toute circulation dans la ville.

C’était  le cas dans l’après-midi de lundi 27 Mai au niveau  de la place Mulamba où  les militants  de l’UNC ont empêché  aux habitants sur les avenues hippodrome, Kalehe, Fizi et Mimoza  et ceux en provenance  de Muhumba  et Nguba de se déplacer aisément.

De même  au niveau  de la Mairie  de Bukavu, les militants  de l’UDPS  ont  empêché aux gens de circuler librement sur avenue  patrice Emery Lumbumba, obligeant les conducteurs des véhicules et taxis motos à emprunter des voies secondaires.

Plusieurs  observateurs  qui ont contacté  votre radio  interpellent  les notables  et dirigeants  politiques pour qu’ils  encadrent mieux  leurs militants  au lieu  de les livrer dans la rue  pour des revendications  qui ne concernent  pas  tout le monde.

Ils estiment que ces manifestations relèvent plutôt d’une simple manipulation par les acteurs politiques qui voudraient faire pression à l’autorité provinciale afin de voir s’ils pouvaient être casés en cette période ou une nouvelle équipe est attendue à Nyamoma.

Il faut rappeler que c’est qui intéresse  la population ce ne sont pas  les postes  mais  c’est  de voir les personnes  désignées  travailler  pour la suppression  de la prime, la réhabilitation  des routes, d’assurer  les soins  de santé, d’assurer  la permanence  de l’électricité  et de l’eau.

Quoi que l’on dise, la désignation  des membres  du gouvernement  relève  du pouvoir discrétionnaire du Gouverneur et les gens qui  aiment  la province  devraient  éviter  de fragiliser  l’autorité  élue  en voulant  lui imposer  des gens  qui risqueront  de travailler  contre  sa vision.

Dans la pratique, les postes  ministériels au niveau  de la province sont partagés  selon les forces  en présence  au niveau  de l’Assemblée  Provinciale c’est  à  dire  le nombre des députés provinciaux obtenus par chaque parti politique.

Plusieurs  personnes  revendiquent  des postes, visiblement pour se positionner et mettre fin à la pauvreté, ignorant  que le peuple  va régulièrement  évaluer leurs actions. Et donc,  il faut être  à  la hauteur.

La province  du Sud-Kivu a longtemps  sombré  dans l’impasse  à  cause  de ses filles  et fils qui ne voient  que leurs  intérêts et nombreux sont ceux qui pense qu’il est grand  temps que les notables qui manipulent ; que les jeunes  qui ont besoin d’emploi ; que les acteurs politiques qui fuitent  des documents  officiels  relevant  de la confidence mettent  un peu d’eau  dans leur vin.

La réalité  est qu’il  n’y aura  que 9 à 10 ministres  provinciaux  et vouloir  que  chacun  d’eux soit désigné  reste  un rêve.

Les réseaux  sociaux  sont partout  au monde et ne devraient  pas être  utilisés négativement  à  Bukavu pour vilipender les autorités ou alors de manipuler l’opinion. Travaillons  tous pour l’intérêt et le développement  du Sud-Kivu car  plusieurs  défis   l’attendent.

Alors  ne perdons  pas le temps  car les autres  provinces  ont déjà  démarré. À bon  entendeur  salut.

Rédaction

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer