La situation reste tendue à Tchonka une localité située  en chefferie Bakisi dans le territoire de Shabunda.

Les exploitants artisanaux, les opérateurs miniers et certains habitants de cette partie de la province exigent le retrait de la société minière Muyeye l’accusant de piller les minerais exploités artisanalement dans leur contrée.

Ils l’ont déclaré à l’issue de deux journées de manifestations organisées par une multitude de femmes de cette partie de la province du Sud-Kivu en date de mercredi 10 et jeudi 11 octobre dernier.

Au cours de la manifestation de Mercredi dernier, des militaires ont tiré sur la foule et une femme est morte après s’être évanouie, une autre a été grièvement blessée et un enfant de moins de dix ans touché par balles, à en croire le président de la société civile de Shabunda Me Joseph Mpeseni.D’après lui la société Muyeye aurait signé des contrats avec l’Ex Société Aurifère du Kivu et Maniema SAKIMA en sigle pour avoir le monopole sur l’achat de la cassitérite et du coltan dans ses concessions.

Il ajoute que les clauses contenues dans ces contrats n’ont pas plu à d’autres opérateurs économiques ainsi qu’à la population environnante.

Ceci parce que les habitants ne bénéficient d’aucun avantage de la part de cette société mais aussi parce que les minerais sont toujours convoyés via la voie aérienne contrairement à l’instruction du ministre national des mines qui demande aux opérateurs miniers de toujours le faire par voie routière, précise-t-il.

« … il y a aussi la population qui ne voit pas clair dans ce contrat là parce que il est stipulé que lorsqu’on veut extraire les minerais dans le territoire de Shabunda comme dans d’autres territoires, il faut que ces minerais passent par voie terrestre. Mais au niveau de Shabunda, ça passe toujours par voie aérienne, ce qui fait que le territoire de Shabunda reste toujours enclavé… à ce jour, on réclame le départ, sans conditions, de la société Muyeye pour permettre aux exploitants et opérateurs miniers de travailler dans de bonnes conditions parce qu’ils sont détenteurs des documents miniers… », insiste Me Joseph Mpeseni.

Des sources sures, nous apprenons que le ministre provincial des mines Amisi Kuonewa a réuni  toutes les parties concernées dans ce dossier.

Le ministre invite la population au calme en attendant que des solutions idoines soient trouvées à l’issue des consultations qui sont en cours.