Seulement quelques heures après l’annonce des résultats provisoires de l’élection présidentielle consacrant Félix Tshisekedi comme vainqueur, des réactions fusent de partout certaines pour contester, d’autres pour soutenir.

Au chapitre de ceux qui contestent, vient en tête le candidat de la coalition Lamuka Martin Fayulu venu en deuxième position avec7.051.013 soit 38,57%.

Dans un entretien avec nos confrères de TV 5 Monde, Martin Fayulu précise que les résultats publiés par la Commission Electorale Nationale Indépendance CENI ne reflètent en rien la vérité des urnes.

Il a, à cette occasion, précisé que la Conférence Episcopale Nationale du Congo CENCO publie les résultats qui sont en sa possession car il s’agit des vrais résultats et non ceux de la CENI.

Sur cette chaîne internationale, le candidat soutenu par Jean Pierre Bemba et Moise Katumbi a déclaré, sans plus de détails, que le seul mot d’ordre à donner à ses sympathisants c’est d’exiger la vérité des urnes.

Selon Martin Fayulu, la CENI a publié des résultats alors que dans plusieurs centres locaux de compilation des résultats à travers le pays, cette opération n’était pas encore terminée.

Et dans ce même sens, le mouvement citoyen Lucha dit prendre acte de la publication des résultats par la Commission Electorale Nationale Indépendante CENI mais dit attendre les résultats qui seront publiés par la CENCO.

Un militant de ce mouvement citoyen invité également à TV 5 Monde Bienvenu Matumo rappelle que la CENCO a déployé plus de 40.000 observateurs électoraux pour surveiller le processus électoral, d’où la nécessité de faire foi en ses données.

Un peu plutôt, c’est le ministre des affaires étrangères de la France Jean-Yves Le Drian qui abordait dans le même sens, répondant aux confrères de CNews cités par actualite.cd.

« Il semble que les résultats proclamés, Monsieur Tshisekedi déclaré vainqueur, ne soient pas conformes aux résultats qu’on a pu constater ici ou là. La CENCO a fait des vérifications et a annoncé des résultats qui étaient totalement différents (…) Je pense qu’il faut qu’on garde d’abord son calme, qu’on évite les résultats et qu’ensuite la clarté soit faite sur ces résultats », », a-t-il dit sur le plateau de CNews.

Et dans un point de presse tenu à Kinshasa jeudi 10 janvier 2019, la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) considère que les résultats provisoires de la présidentielle du 30 décembre 2018 ne correspondent pas aux données en sa possession.

« Nous prenons acte de la publication des résultats par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), mais les résultats publiés ne correspondent pas aux données collectées par notre mission d’observation électorale », a déclaré l’Abbé Donatien N’shole, secrétaire général de la CENCO.

La CENCO n’a cependant pas révélé le nom de celui qui, selon son observation, devrait l’emporter mais appelle au calme et demande aux candidats déclarés perdants de recourir aux voies légales pour contester, s’ils le veulent.

Cet appel au calme a aussi été lancé par le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies Antonio Gutteres.