Le Ministère provincial du Plan et budget n’a pas de solutions miracles à apporter aux revendications des chefs coutumiers qui se sentent lésés dans la répartition des frais de rétrocession aux entités territoriales décentralisées.

Tout ce que le ministère peut faire c’est d’en parler au gouverneur qui peut à son tour mener les plaidoyers au niveau du gouvernemental central pour des éventuelles solutions.

Réaction du Ministre du plan Muller Ruhimbika ce lundi 12 Mars à la lettre des chefs coutumiers rendu public le weekend dernier et dont radio maendeleo a reçu une copie.

Le Ministre Muller Ruhimbika brandit trois critères principaux repris dans la loi de 2011 sur les entités  territoriales décentralisées et qui définissent la clé de répartition de la rétrocession aux entités territoriales décentralisées

Il s’agit de la capacité contributive de l’entité au budget de l’Etat et de la province, la superficie de l’entité et son poids démographique.

« … Le Ministère du plan et budget ne peut pas changer ce que dit la loi. Il est possible qu’en 2019 et aujourd’hui les indicateurs par rapport aux critères précédents aient changé, c’est tout a fait normal. Au moins nous savons que la superficie de l’entité n’a pas changé. Pour le moment les seuls critères que nous avons, la seule loi que nous avons date de 2009, nous ne pouvons pas la changer. Mais comme c’est un recours gracieux que les ETD font, je vais en parler au gouverneur qui a reçu la copie de la lettre et les autorités du pouvoir central ont également reçu. S’ils vont changer les instructions, je vais appliquer ce qu’ils auront… moi comme moi comme ministre du budget, je repartis le budget selon les instructions de 2009. Malheureusement je ne peux faire autrement. Je suis en train d’appliquer la loi… » explique le ministre Muller Ruhimbika.

Il demande aux responsables des ETD signataires de la lettre de s’apaiser car toutes les provinces se battent pour qu’il y ait amélioration étant toutes concernées par cette situation.

Pour rappelle, dans une correspondance adressée au ministre, certains responsables des entités territoriales décentralisées en province ont suggéré l’organisation d’ un séminaire qui leur permettra de faire une évaluation des critères de la grille de répartition de l’enveloppe de rétrocession leur octroyé.