Le centre d’enrôlement situé à CIDJO dans le groupement de KAGABI en territoire de KABARE a été la cible d’une attaque d’hommes armés.
Selon le président du noyau de la société civile de KAGABI Emmanuel BENGEHYA, trois hommes dont un en tenue militaire et deux en tenue civile se sont introduit dans le centre aux environs d’une heure du matin.
Ces inciviques voulaient emporter la machine servant à l’enregistrement des électeurs dans cette partie du territoire de KABARE.
Le président de la société civile locale, Emmanuel BENGEHYA renseigne que les bandits n’ont rien emporté grâce à l’intervention de la police.
Pendant ce temps, nous apprenons que l’opération d’enrôlement des électeurs évolue à pas de tortue à IGOKI en groupement de MUDUSA toujours dans le territoire de KABARE.
L’Organisation des Jeunes pour le Développement Intégral de la Population œuvrant dans ce coin signale qu’environs 35 personnes sont enrôlées par jour au centre d’IGOKI.
Le coordonnateur de cette association MUSAFIRI NAMEGABE appelle les techniciens de la Commission Electorale Nationale Indépendante CENI de doubler d’efforts car certains rentrent déçus et s’enrôlent ailleurs.
Il précise qu’environs 100 personnes se sont faits enrôler depuis le vendredi 30 décembre 2016.
Toujours à KABARE, 9 centres d’enrôlement à IRHAMBI – KATANA ne fonctionnent pas après un jour de travail.
A l’origine, non configuration des adresses résidentielles correctes des électeurs. Des sources sur place donnent l’exemple de BUGORHE qui apparait à la place d’IRHAMBI – KATANA.
Même son de cloche à NYANGEZI dans le territoire de WALUNGU.
La société civile locale dénonce la lenteur avec laquelle les opérateurs de saisie affectés à NYANGEZI exercent. Elle pense que l’opération risque de s’achever sans enrôler tous les concernés.
Contacté à ce sujet, le secrétaire provincial de la CENI Gaudens MAHESHE annonce qu’une réunion du cadre de concertation est prévue ce mercredi à son bureau à partir de dix heures.
Notre correspondant rural renseigne que le secrétaire provincial de la CENI affirme avoir reçu cette information à travers les autorités locales.
Gaudens MAHESHE précise que la solution sera trouvée en demandant à la population de rester patiente.
Selon lui , lors de cette rencontre tous ces problèmes seront présentés et les pistes des solutions seront proposés pour le bon déroulement du processus d’enrôlement au sud Kivu.