Plus de vingt agents de la mairie de Bukavu sont entendus depuis  jeudi 10 novembre 2016 par le procureur général de la République à Bukavu.

Ils seraient entendus pour avoir écrit une lettre au gouverneur de Province contre le maire de la ville à travers laquelle ils dénoncent les maux qui minent cette entité territoriale décentralisée.

Dans cette correspondance les agents réclament le paiement de huit mois impayés, dénoncent le recrutement par le maire des agents à des postes non budgétisés au détriment des agents reconnus mais aussi le manque de canalisation des recettes locales et de la rétrocession dans la caisse de l’Etat.

Certains de ces agents parlent de leurs revendications

Ces derniers affirment avoir tenté plusieurs fois rencontré l’autorité urbaine pour parler à l’interne de ce problème mais ils n’ont jamais été reçus.

Ils se disent étonnés de voir que  le maire ait préféré répondre par une plainte aux revendications légitimes des agents alors que ceux-ci ont patienté depuis le mois de février.

Le président de la délégation syndicale Jacques SANGARA dit attendre l’issue du dossier en justice pour se prononcer sur le comportement à adopter.

 

Entre temps, le travail est paralysé à la mairie.

Même certains autres agents qui ne sont pas interpellés sont descendus au parquet en signe de soutien à leurs confrères car, disent-ils, ils sont dans la même situation.

Tous nos efforts pour entrer en contact avec le maire pour donner sa version de faits n’ont pas abouti. Son téléphone étant resté éteint toute la journée.