Le programme Harvest Plus compte atteindre deux millions cinq cents milles ménages d’ici 2018 pour contribuer à la réduction de la malnutrition et améliorer les apports alimentaires en vitamines A et en fer sur l’ensemble du territoire congolais.
Cette projection a été annoncée au cours d’une activité organisée dans l’objectif de présenter aux agents la nouvelle directrice générale mais aussi de faire une évaluation des activités en 2017.
Il ressort des interventions de différents responsables que le programme a réussis depuis 2011 à atteindre plus de 300.000 ménages qui cultivent et consomment les cultures de haricot et mais bio fortifiés.
Notre source ajoute que plus de 17 variétés de haricot riches en fer et 3 variétés de mais riches en vitamines A ont été disséminés à travers toutes les provinces.
Toutes ces réalisations ont de la valeur car la RDC vient d’un contexte de guerre qui a placé les habitants surtout ceux des milieux ruraux dans une vulnérabilité sur le plan de la sécurité alimentaire.
Pour pallier cette situation, la nouvelle directrice de Harvest Plus trace ici une projection pour la suite
Le représentant pays du programme Harvest Plus en RDC Antoine BOBO espère qu’avec une expérience éprouvée de la nouvelle directrice dans ce domaine, tous ces projets vont réussir au profit de la population.
Représentant le gouverneur de province à ces assises, la ministre de l’agriculture Adolphine MULEYI s’est félicitée de l’apport de Harvest Plus dans la sécurité alimentaire au Sud-Kivu.
Elle promet l’accompagnement du gouvernement provincial surtout que, ajoute-elle, l’agriculture est parmi les secteurs prioritaires pour le développement de la province.
L’activité a eu lieu ce jeudi à l’Hôtel HORIZON en commune d’Ibanda en présence de ses partenaires dont l’IITA et l’INERA MULUNGU.