La Commission Diocésaine Justice et Paix CDJP/Bukavu a organisé le weekend passé une rencontre avec cinq députés provinciaux et ses collaborateurs dans le cadre de son programme de lutte contre les violences domestiques et celles du milieu professionnel.
C’était dans le but de présenter la proposition d’un édit spécifique sur ces violences pour un travail d’amendement et d’adoption préliminaire.
C’était aussi pour étudier avec le groupe des députés des stratégies et des possibilités d’introduire cette proposition au parlement en tant qu’Edit à faire adopter et voter.

Ceci pour faire face aux multiples cas de violences dont les femmes en particulier et certains hommes sont victimes en province du Sud-Kivu dans les familles et dans les milieux de travail.

La CDJP de l’Archidiocèse de Bukavu dans sa mission de contribuer à la promotion des droits humains, s’est investie sur cette problèmatique et les défis constatés l’ont poussé à mener une étude dans cinq paroisses de son rayon d’action sur ces deux catégories des violences.

Les cinq paroisses sont celles de Panzi, Chahi, Burhiba, Mbobero et Nyantende.

Les conclusions de l’étude menée par la CDJP et celles des rapports sur la sécurités des femmes produits par le projet Femme au fone ont demontré le besoin de renforcer la protection de nombreuses victimes de ces violences dont les formes et les conséquences sont assez effrayantes indique notre source.

La CDJP pense que le rôle que jouent les députés est important c’est pour cela qu’elle a formulé cette proposition pouvant être endossée par les députés sous forme d’un édit.
Cet édit pourait alors renforcer la législation existante et traité de manière spécifique la question liée à la violence domestique et du milieu professionnel.
Les députés présents à la rencontre ont accepté d’accompagner l’initiative et ont promis d’étudier cette proposition afin que le contenu reponde aux normes d’un édit.
Ce programme de lutte contre les violences domestiques et celles du milieu professionnel est executé par la CDJP en collaboration avec le projet Femme au fone avec l’appui de secours Catholique France.