Economie

CENCO: les Évêques de la province ecclésiastique de Bukavu contre l’exploitation des ressources naturelles sans contrepartie

L’Eglise Catholique à travers l’Assemblée des Evêques de la province Ecclésiastique de Bukavu promet son accompagnement aux habitants vivants dans les milieux où s’effectue l’exploitation industrielle  des minerais dans la province du Sud-Kivu.

Ceci dans l’objectif d’amener les exploitants industriels à proteger l’environnement et  s’assurer que les activités minières qu’ils entreprennent ne sont pas sources des conflits mais plutôt apportent une valeur ajoutée dans l’amélioration du social.

Les évêques qui se sont réunis réunis en Assemblée Générale à Bukavu, jeudi 30 Mai 2019, soutiennent l’idée du tournage d’un documentaire qui montre comment l’exploitation des minerais par les multinationales rime avec  la pauvreté au sein des communautés locales.

Ce documentaire permettrait, s’il est tourné, de mobiliser la communauté nationale et internationale afin d’amener ces exploitants industriels à proteger l’environnement et à respecter les droits des peuples autochtones vivent dans et autour des sites miniers.

Les Évêques de la province ecclésiastique de Bukavu appellent à l’unisson et à la collaboration pour que les plaidoyers menés aboutissent à des résultats escomptés.

Tout en appelant à la solidarité pour rélever ces défis, le président de la Commission Episcopale  de la CENCO pour les Ressources Naturelles, l’Eveque d’Uvira Sébastien Muyengo déplore les faits rapportés à Luhwinja autour des sites exploités par la société BANRO.

« nous avons été convoqué au Vatican à une rencontre par le Pape avec les entrepreneurs du monde des mines. J’ai aimé la méthode du Pape. Il ne s’est pas amusé comme on le faisait parfois par le passé… il a interpellé, il a appelé à la collaboration et à la solidarité. Vous avez vu n’est-ce pas les images de Luhwindja comment on a dévasté toute la nature pour exploiter les minerais. Il y a un Lac artificiel qui a été créé là-bas qui a détruit toute la nature avec des produits chimiques et dans les environs, les enfants naissent avec des malformations. Donc c’est un appel à la responsabilité, un appel à la solidarité. J’étais heureux de voir que le bâtonnier de Bukavu était aussi présent. J’espère qu’il sera le porte-parole de ce cri. Nous l’avons appelé le cri de la terre », explique ce prélat catholique.

La Commission Diocésaine Justice et Paix CDJP/Bukavu, un service de l’Eglise Catholique, qui a facilité ces assises, a réitéré son engagement à accompagner tout plaidoyer allant dans le sens d’améliorer le quotidien des personnes autour des sites d’exploitation des minerais.

Une attention particulière sera accordée à la situation des habitants affectés par la délocalisation et ceux qui restent à délocaliser à Luhwinja dans le territoire de Mwenga.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer