Plus d’un mois après le début des opérations d’enrôlement, certains centres d’enrôlement font face aux ruptures des cartes blanches servant à la production des cartes d’électeurs.
Les centres les plus concernés par cette situation sont ceux situés à l’Institut TUMAINI, ISGA et EDAP ISP affirment certains requérants rencontrés sur le lieu. Le Professeur Arnold NYALUMA que nous avons rencontré à l’Institut TUMAINI renseigne qu’il est là depuis six heures mais jusqu’à douze heures, l’opération n’avait pas encore commencé. « Je pense qu’avec cette allure, la durée de nonante jours risque d’être insuffisant. Je conseil qu’on augmente quelques jours pour donner la chance à tous », propose Nyaluma.
Joint à ce sujet, le secrétaire exécutif provincial de la CENI Gaudens MAHESHE regrette que les gens racontent tout ce qu’ils veulent sur le processus d’enrôlement des électeurs sans vérifier l’information à la source.