La rédaction de radio Maendeleo, a constaté ce mercredi 25 janvier 2017, que les arbres qui ont été plantés dans la ville ont été déterrés, détruis ou cognés alors que d’autres coupés en faveur des pavets sur la chaussée ou des maisons.

L’Association sans but lucratif Bagira et Diaspora BADI en sigle dénonce la destruction par les habitants des arbres plantés le long de certaines avenues de la commune de Bargira.
Cette situation est général sur toute l’entendue de la ville. A certains endroits ou ces arbres ont bien poussé, l’image de la ville se trouve améliorée mais aujourd’hui même les arbres les plus anciens sont coupés.
C’est le cas par exemple de deux arbres jadis situés en face de la société de télécommunication airtel et du ministère des finances d’économie qui ont été abattus sans les remplacer au profit des pavés.
Les projets de reboisement de la ville ont été initiés par la coordination provinciale de l’environnement. Il ressort du constat de radio Maendeleo qu’aucun suivi n’a été fait.
Certains observateurs pensent que les retombées de ces projets sont mitigées malgré l’annonce des sanctions à l’encontre des personnes qui se rendraient coupables de la destruction de ces plantules.
L’association Bagira et Diaspora demande aux autorités qui ont en charge l’environnement de penser à faire un suivi adéquat de ces projets et éduquer la population au respect du bien commun. Le responsable du département de l’environnement au sein de BADI, déclare que plus de 400 plantules ont été plantés lors de la première phase en septembre 2016 mais seulement moins de 20 ont été sauvés. « Je demande aux autorités de mettre en place un mécanisme contraignant de protection en infligeant des sanctions aux récalcitrants et invite la population à conserver ces plantules pour sauver l’environnement», conclut Protet Cerubala.