L’eau puisée ce dernier temps par la population sur les robinets contrôlés par la régie de distribution d’eau, REGIDESO à Bukavu est colorée et comparable au thé mélangé au soja. En plus que l’eau est devenue rare dans certains coins de la ville de Bukavu, lorsqu’elle est là, plusieurs habitants ne peuvent pas la boire de peur d’attraper des maladies d’origine hydrique.

Certains habitants qui ont contacté radio Maendeleo, s’inquiètent de cette situation. Ils ajoutent qu’une fois de l’eau puisée, la terre se distingue de l’eau proprement dite et cela est visible au fond du vase qui la contient.

Un des habitants, fait savoir que cette situation a déjà fait plus d’une semaine. « J’ai essayé de bouillir l’eau mais le problème persiste. L’eau puisée semble désormais ne servir qu’à préparer les aliments ou pour d’autres travaux ménagers, mais pas pour la boisson », regrette-t-il.

Certains spécialistes de la santé affirment que plusieurs maladies peuvent être causées par une eau qui peut être qualifiée de polluée. Ils citent notamment la fièvre typhoïde, la diarrhée et plusieurs autres maladies d’origine hydrique.

En réaction, le chef de la division technique à la REGISO Damien Mudekereza reconnait que son entreprise connait d’énormes difficultés mais des efforts sont entrepris pour donner une eau potable aux abonnés. «  Quand il pleut, l’eau prend cette couleur pas claire. Mais, je rassure aux consommateurs que cette eau est potable. Actuellement nous avons d’énormes difficultés, mais d’ici là le problème va être décanté», précise Mudekereza.

Pour sa part, le président de la ligue des consommateurs au Congo-Kinshasa affirme que la potabilité de l’eau ne se décrète à la radio. Il ne suffit pas d’affirmer que l’eau est propre mais il faut le prouver car ce sont les vies humaines qui sont en danger. « Je propose qu’on amène un échantillon de l’eau dans un labo pour affirmer que l’eau qu’on consomme est potable, pas le déclarer à la radio comme le fait, la REGIDESO », conseille Mizo.

D’autres habitants s’indignent de la rareté de l’eau dans plusieurs parties de la ville de Bukavu. Ils citent Muhungu précisément La voix du Congo ou il fait déjà près de trois semaines que l’eau coule pendant quelques minutes uniquement la nuit, une partie du quartier Cimpunda, Bugabo et Paysage ou les habitants trouvent une aubaine lorsqu’il pleut pour remplir tous les récipients d’eau de pluie.

Ils demandent également à la REGIDESO de rendre disponible de l’eau en quantité et en qualité dans toute la ville surtout les endroits qui connaissent une pénurie exagérée pour épargner la population des maladies.