Mwenga: activités paralysées à Lugushwa suite à une journée ville morte

Les activités sont restées paralysées presque toute la journée de vendredi 15 novembre 2019 dans la cité minière de Lugushwa situé à plus de 200Km de la ville de Bukavu dans le territoire de Mwenga.

Ceci fait suite à un appel de la société civile locale dans l’objectif de dénoncer l’insécurité devenue grandissante dans cette partie de la province du Sud-Kivu et qui se traduit par des attaques ciblées, des vols des biens et des morts d’hommes.

Selon le Président de la société civile de Lugushwa Aishi Wabutongo Paul, tous les habitants ont répondu à l’appel pour ce premier jour. Il précise que les boutiques et magasins n’ont pas ouvert les portes et conducteurs des taxis-motos n’ont travaillé.

Aishi Wabutongo Paul assure qu’à travers cette action citoyenne qui se poursuit ce samedi 16 novembre 2019, les habitants veulent demander aux autorités de prendre des mesures afin d’assurer la sécurité effective de la population et ses biens.

« c’est depuis le mois d’Août dernier que la région de Lugushwa connaît une série d’actes d’insécurité. En tant que citoyens, nous ne pouvons pas attendre longtemps, observer sans rien faire. Ce que nous traversons actuellement est très grave au point que nous pensons que nous ne sommes pas dirigés. Nous avons perdu plusieurs personnes. C’est par exemple Mr Katambu Kilimunda qui a été tué dans la nuit du 11 au 12 octobre 2019. De même, une dizaine de boutiques ont été pillées et deux personnes mutilées jusqu’à perdre leurs oreilles. Le 3 novembre dernier, un autre cas de pillage a été orchestré à Kigumo et 8 novembre, une importante quantité d’or appartenant à Mr Mushagalusa Matembera Jean-Marie a été pillée… c’est ainsi que nous avons organisé cette série de manifestations pour interpeller les autorités et leur demander de nous assurer la sécurité. Nous nous félicitons de voir que cette action a réussi du moins pour ce premier jour et je considère cela comme un match aller et ce samedi c’est match retour. Nous avons circulé à partir de l’entrée de Lugushwa et nous avons découvert que notre mot d’ordre a été respecté », se réjouit-il.

Le Président de la Société Civile de Lugushwa ajoute qu’une marche pacifique est également prévue lundi 28 octobre et un mémorandum sera déposé aux autorités notamment pour dénoncer cette situation et dire non à une coopérative minière qui voudrait s’installer sans respecter les lois qui régissent le secteur minier en RDC.

Nous avons tenté d’entrer en contact avec le chef de poste d’encadrement administratif de Lugushwa, nos efforts sont restés vains.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top