Gratuité de l’enseignement: si ça ne marche pas au Sud-Kivu, le Gouverneur sera tenu responsable (Jacques Cirimwami)

Le secrétaire provincial du Syndicat des Enseignants Catholiques SYNECATH au Sud-Kivu Jacques Cirimwami dit n’est pas être au courant de la pratique consistant à organiser des Assemblées Générales pour imposer aux parents de payer de l’argent pour prendre en charge les enseignants Nouvelles Unités et Non Payés.

Ceci contrairement à la philosophie prônée par le Chef de l’Etat en rapport avec la gratuité de l’enseignement de base.

Cette réaction fait aux informations selon lesquelles il y a des responsables d’écoles qui voudraient faire revenir la prime d’une autre manière en disant que cela a plutôt été adopté par les parents eux-mêmes dans des Assemblées Générales.

Il estime que, si tel serait le cas, la province devrait activer les batteries pour que la commission qui venait d’être mise en place, pour relever tous les problèmes des NU et NP au Sud-Kivu, rencontre le Ministre national de l’éducation aux fins de trouver des solutions durables à cette question qui prend une allure inquiétude.

« moi je ne sais pas s’il y a une école qui peut faire cela parce que nous sommes tous à l’attente des instructions officielles. Nous pensons que s’il y a des gens qui le font, ils profitent de la légèreté dans la gestion de la question. Je pense que comme les autorités ne veulent pas agir plus vite, ils seront responsables de cette anarchie et tous ces désordres qui s’observent déjà dans nos écoles… déjà nous on avait proposé une idée qu’on a pensé géniale dans le cadre d’accompagner la philosophie de la gratuité. Si nous partons avec l’idée que chaque école doit fixer des frais à son propre gré pour couvrir la prise en charge des NU et NP (Nouvelles Unités et Non Payés), nous allons revenir à la prime et l’autorité provinciale sera considérée comme responsable et on va tirer toutes les conséquences. Nous pensons qu’il suffit qu’il fixe un montant global et uniforme pour toutes les écoles. Et là nous on a proposé 30 mille francs par école et par année. Ce montant devrait être versé dans un seul compte qui devrait être géré par le gouvernement provincial afin de faire une redistribution à ces enseignants non payés et nouvelles unités… le fait pour les responsables d’écoles d’organiser des Assemblées Générales, c’est juste une façon de vouloir imposer aux parents de payer quelques frais non différents de la prime… », prévient Jacques Cirimwami.

Contactée, la Ministre provinciale de l’éducation Géneviève Mizumbi renseigne qu’elle va investiguer pour se rassurer de la véracité des faits rapportés.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top